•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les villes doivent mieux se préparer à communiquer en cas de crise

Des dizaines de maisons sont fortement endommagées ou complètement détruites.

Jackie et Rick Morris, des résidents du secteur de Stittsville, ont survolé le secteur de Dunrobin, à Ottawa, à bord de leur petit avion le dimanche 23 septembre 2018. Ils ont pris cette photo des dommages causés par le passage d'une tornade de catégorie EF3 deux jours plus tôt, le vendredi 21 septembre 2018.

Photo : ?Gracieuseté de ?Jackie et Rick Morris

CBC
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville d'Ottawa a reconnu que la communication avait été un problème le vendredi 21 septembre, le soir où trois tornades ont frappé différents quartiers de la ville, privant d'électricité plus de 180 000 clients d'Hydro Ottawa.

Dans de nombreuses municipalités, nous avons des protocoles pour informer les gens que leur électricité est coupée, via des appareils qui ont besoin de courant, a déclaré Allan Bonner, urbaniste et gestionnaire de crise. Cela ressemble plus à un sketch comique du Saturday Night Live qu’à une réponse d’urgence.

Selon le directeur général de la Ville, Steve Kanellakos, transmettre le message aux habitants la nuit de la tempête a été tout un défi.

Je ne recevais pas de signal, alors je ne pouvais pas communiquer avec notre centre des opérations d'urgence. J'étais assis dans ma voiture en pyjama. La communication a été notre plus grand défi, a-t-il affirmé.

Alors que les services publics et le personnel des communications de la Ville publiaient des messages sur Twitter peu après les tornades, les premiers communiqués de presse pour les médias n'ont été envoyés qu'à 22 h 44.

Selon Allan Bonner, Twitter et Facebook ont tendance à être la référence pour l'envoi d’informations publiques, mais les médias grand public restent une bouée de sauvetage.

En situation de crise, vous n'êtes jamais assez informé. Mais vous devez immédiatement communiquer ce que vous savez et le communiquer jusqu'à la fin de la crise, a-t-il déclaré.

Lors de pannes de courant, il existe de nombreuses options à la fine pointe de la technologie qui peuvent être utilisées pour informer les gens de ce qui se passe, par exemple des systèmes d'alarme, des hélicoptères équipés de haut-parleurs ou encore des panneaux électroniques installés sur les véhicules de secours.

Des plaintes de citoyens

Certains résidents se sont plaints auprès des conseillers municipaux d'un manque d'information au cours de la crise, selon des conseillers.

Il y a beaucoup plus de demandes et d'attentes en matière de communications d'urgence que jamais auparavant, selon le conseiller Rick Chiarelli, du district de College, qui comprend Arlington Woods, un des secteurs les plus touchés par les tornades.

L'information était là. C'est la façon dont elle a été diffusée par la Ville qui était plus un problème. Je pense que nous pouvons améliorer cela, a-t-il souligné. Nous devons être très clairs : s'il n'y a pas d'état d'urgence, alors quels sont les protocoles de communication?

La conseillère de Gloucester-Southgate, Diane Deans, a suggéré de faire un bilan afin de tirer les leçons de la communication lors de ces tornades au cas où un événement du genre se reproduirait.

Les médias sociaux ont été vraiment très efficaces pour diffuser des messages, mais beaucoup de personnes âgées ont pensé que la communication aurait pu être différente, a-t-elle dit.

Une séance d'information a eu lieu samedi pour les résidents des quartiers d'Arlington Woods et de Craig Henry. La communication a été au premier plan des discussions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !