•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump souligne sa « superbe relation » avec Kim Jong-un, les Nord-Coréens parlent plutôt de méfiance

Donald Trump se tient derrière une tribune et pointe le doigt en l'air.

Le président Donald Trump parle lors d'un rassemblement partisan à Wheeling, en Virginie-Occidentale.

Photo : The Associated Press / Gene J. Puskar

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président Donald Trump et les autorités nord-coréennes ne semblent pas être sur la même longueur d'onde en ce qui a trait à l'harmonie de leurs relations bilatérales, le premier les évoquant en parlant d'amour et les deuxièmes, de méfiance.

Alors que le ministre nord-coréen des Affaires étrangères a déclaré samedi à la tribune des Nations unies que la défiance de Pyongyang vis-à-vis des États-Unis ne faisait qu’augmenter, Donald Trump a pour sa part déclaré samedi soir lors d’un rassemblement partisan en Virginie-Occidentale que le chef nord-coréen Kim Jong-un et lui sont « tombés amoureux ».

« Nous nous en sortons très bien avec la Corée du Nord, a-t-il dit. Nous allions en guerre avec la Corée du Nord. Des millions de personnes auraient été tuées. Maintenant, nous avons cette superbe relation », a-t-il lancé.

Après avoir de nouveau évoqué les « magnifiques lettres » que lui a envoyées Kim Jong-un après leur rencontre à Singapour, le président américain a plaisanté sur les critiques qu'il recevrait de la part des médias pour avoir fait de tels commentaires si positifs à propos du dirigeant nord-coréen, commentaires que certains considéreraient comme « non présidentiels ».

Donald Trump a aussi affirmé que Kim Jong-un désirait le rencontrer une deuxième fois. Le président américain a souvent qualifié leur première rencontre de grand succès et de grand pas vers la dénucléarisation du pays asiatique.

Donald Trump, président des États-Unis

Ce discours contraste toutefois totalement avec celui qu’a livré le ministre nord-coréen des Affaires étrangères samedi après-midi aux Nations unies.

Celui-ci a plutôt dénoncé les sanctions américaines dont Pyongyang fait encore les frais, malgré des mesures « significatives » pour prouver sa bonne volonté de vouloir se débarrasser de l’arme nucléaire.

Selon lui, la Corée du Nord ne renoncera jamais unilatéralement à son arsenal nucléaire dans de telles conditions.

Ri Yong-ho n'a par ailleurs fait aucune allusion à un deuxième sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump.

Il a, au contraire, salué les trois rencontres successives de ces derniers mois entre le numéro un nord-coréen et le président sud-coréen Moon Jae-in, en déclarant : « Si la partie prenante à cette question de la dénucléarisation était la Corée du Sud et non les États-Unis, la dénucléarisation de la péninsule coréenne n'aurait pas abouti à une telle impasse. »

Avec les informations de Reuters, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !