•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le poste d’électricité de Merivale encore en mauvais état

Des structures fortement endommagées d'un poste d'électricité. Des morceaux d'équipement brisés jonchent le sol.

Le poste d'électricité de Merivale a été lourdement endommagé par le passage de tornades à Ottawa, le 21 septembre.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plus d'une semaine après le passage de tornades dans la région, l'important poste d'électricité Merivale, dans le secteur Nepean à Ottawa, est toujours inopérant. Le remettre en état pourrait coûter des millions de dollars et prendre de trois à quatre semaines.

Structures métalliques endommagées, pièces de porcelaine éclatées, transformateurs qui ont explosé... Le bilan des dégâts à ce poste d'électricité d'Hydro One est bien sombre.

Je travaille pour Hydro One depuis 17 ans. Je n’ai jamais vu autant de dommage concentré en un même poste électrique, remarque le vice-président de la transmission chez Hydro One, Andrew Spencer.

Au plus fort de la crise, la moitié de la ville d’Ottawa a été plongée dans le noir pendant au moins 48 heures.

Comme c’est là, on a perdu beaucoup d’isolateurs, de disjoncteurs. Nos transformateurs ont eu beaucoup de dommages, explique Dean Egan, gestionnaire chez Hydro One.

Des travailleurs sont à pied d’œuvre pour remettre la station à neuf.

Une situation précaire

Pour alimenter les clients qui dépendent du poste de Merivale, Hydro One a dû le contourner pour aller chercher du courant en provenance d’un autre poste à l’est d’Ottawa.

Cette stratégie fonctionne toujours une semaine plus tard, mais les techniciens se croisent les doigts en espérant que le ciel ne se déchaîne pas à nouveau prochainement.

Comme c’est là, on continue à faire des réparations pour renforcer notre haute tension, souligne M. Egan. C’est très fragile.

Le gouvernement ontarien, lui, a tenu à saluer le travail accompli sur le terrain. C’est le ciel le plus sombre que nous ayons vu sur la ville. Mais on voit la lumière au bout du tunnel : ce sont nos travailleurs et les premiers répondants, indique la ministre Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires de l’Ontario, Lisa McLeod.

Avec les informations de Martin Robert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !