•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une commerçante dénonce le manque d'investissements à Jonquière

La rue

La rue Saint-Dominique à Jonquière

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une commerçante de la rue Saint-Dominique à Jonquière lance un cri du coeur. Elle estime que l'arrondissement est délaissé par le conseil municipal et que l'artère principale est en train de mourir à petit feu.

Stéphanie Harriot fondait beaucoup d'espoir en ouvrant sa boulangerie sur la rue Saint-Dominique à Jonquière il y a quatre ans. Toutefois, les affaires ne sont pas aussi bonnes que prévues.

La propriétaire de la boulangerie Vite des péchés estime que Jonquière aussi a droit à sa part des gros investissements en infrastructures.

La première chose qu'elle [la mairesse de Saguenay] a faite, sans tenir du tout compte des promesses pour développer Jonquière : elle nous amène un amphithéâtre à 80 millions qu'on doit encore cotiser pour ça et que nous, ça ne nous rapporte rien, lance Stéphanie Harriot.

La commerçante a plusieurs revendications, dont celle de rendre la Saint-Dominique piétonnière lors d'événements. Elle exige aussi que Josée Néron entame les négociations avec le nouveau gouvernement qui sera élu pour obtenir des subventions.

Qu'elle ouvre les coffres des subventions légales. Je paie des taxes, nous en payons tous. Au lieu d'aller foutre ça à Chicoutimi, moi j'en veux pour les corporations du centre-ville, les activités.

Stéphanie Harriot, commerçante du centre-ville de Jonquière
La femme en entrevue

La boulangère Stéphanie Harriot exige des investissements à Jonquière.

Photo : Radio-Canada

De son côté, la présidente de l'arrondissement de Jonquière, Julie Dufour, rappelle que le nouveau conseil a été élu pouvoir il y a moins d'un an.

Ce que j'entends, c'est un cri du coeur. C'est sûr que c'est une dame qui semble extrêmement persévérante. Ce que je lui dirais c'est de continuer, on s'en vient, mais malheureusement une ville ça ne va pas rapidement.

Julie Dufour, présidente de l'arrondissement de Jonquière

Pour cette boulangère, le temps presse. Elle menace de fermer son commerce le 31 décembre si rien ne bouge.

Le visage de la Saint-Dominique a changé au fil des ans. Une bibliothèque a pris la place des bars et de nouvelles places d'affaires ont vu le jour. Sauf que les conducteurs de taxi s'entendent : les nuits de Jonquière ne sont plus les mêmes.

Quand je sortais, c'était à Chicoutimi, le Vieux-Port ou la rue Racine. La Saint-Dominique est en train de mourir.

Roger Bérubé, chauffeur de taxi de Jonquière

Le projet de revitalisation de la Place Nikitoutagan est dans les plans de la ville depuis de nombreuses années.

Les Halles de la rivière aux Sables

Les Halles de la rivière aux Sables

Photo : Radio-Canada / Pascal Coudé

« La revitalisation de Nikitoutagan, le centre multisport, un lien cyclable… il faut regarder nos forces. On a un réseau cyclable incroyable. Mais il faut construire les infrastructures et même la revitalisation de Nikitoutagan on ne le fera pas en un an. C'est impossible », ajoute Julie Dufour.

D'après le reportage de Claude Bouchard

Saguenay–Lac-St-Jean

Entrepreneuriat