•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Échauffourée à Barcelone entre partisans de la police et manifestants pro-Catalogne

Des manifestations pro-indépendance catalane lancent de la poudre colorée à une ligne de policiers, ce qui remplit l'air ambiant d'une multitude de couleurs vives.

Des manifestants pour l'indépendance de la Catalogne ont lancé de la poudre colorée en direction des policiers.

Photo : Associated Press / Emilio Morenatti

Radio-Canada

Vingt-quatre personnes ont été blessées et deux autres arrêtées, samedi à Barcelone, alors que des militants pro-indépendance ont profité d'une marche en faveur de la hausse des salaires des policiers pour manifester eux aussi, à quelques jours de l'anniversaire du référendum controversé du 1er octobre 2017.

Les policiers, au nombre de 3000 et issus de toute l'Espagne, manifestaient pour réclamer de meilleurs salaires, mais aussi pour rendre hommage aux forces policières qui avaient dû intervenir le 1er octobre dernier, élément qui a contribué à motiver les séparatistes à agir.

Les indépendantistes, qui étaient près de 6000 selon les autorités, ont ainsi organisé une contre-manifestation, indignés de voir célébrée l'intervention violente des policiers lors du référendum.

En plus de lancer de la poudre colorée pendant leur marche, recouvrant trottoirs, voitures et boucliers de police, les séparatistes ont aussi lancé différents projectiles aux agents.

Ils ont été dispersés par la police régionale catalane, qui a chargé à plusieurs reprises contre eux, notamment avec des matraques.

Des escarmouches ont également eu lieu entre les membres des deux cortèges.

La situation a dégénéré lorsqu’un séparatiste a lancé de la peinture mauve à un des marcheurs, ce qui a amené les policiers à former une barrière humaine.

« Je fais un appel au calme. Cette ville a toujours voulu que tous puissent exercer leur liberté d’expression », a déclaré la mairesse de Barcelone, Ada Colau, à une station locale de radio.

Deux camps opposés

Une main tient une figurine d'un policier de la Garde civile espagnole pendant une manifestation. Hors-champ, on aperçoit un drapeau de l'Espagne.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La journée avait commencé avec une manifestation pour soutenir la police

Photo : Getty Images / Pau Barrena

La marche organisée par l'association policière JUSAPOL visait d'abord à réclamer une augmentation de salaire pour la police nationale et pour la Garde civile, qui relèvent de l'État central. À l’heure actuelle, les agents de la Catalogne et du Pays basque sont mieux rémunérés, car ils reçoivent un supplément de leurs gouvernements régionaux.

« La manifestation est [organisée] pour faire valoir nos droits, et nous la faisons à Barcelone parce que c'est une grande ville européenne, et qu'ici, elle aura plus d'écho. Nous ne sommes pas venus pour provoquer », a déclaré Daniel, un policier de 31 ans originaire des îles Baléares, qui n'a pas souhaité donner son nom de famille.

Ceux qui étaient en service pendant le référendum « ne faisaient que leur devoir; ils sont maintenant sous pression et nous devons les soutenir », a indiqué pour sa part un porte-parole de JUSAPOL.

De leur côté, les indépendantistes ont taxé cette marche policière de manifestation de mauvaise foi.

« [Le salaire des policiers] dépend du gouvernement espagnol. Pourquoi viennent-ils protester ici? Seulement pour provoquer et pour célébrer le fait qu'il y a un an, ils nous ont cassé la figure », s'est indigné Manel Perez, un transporteur de 55 ans qui s'est joint à la manifestation indépendantiste.

Pour le député sécessionniste de l’extrême gauche Vidal Aragones, du CUP, la marche policière a été « une insulte pour le peuple catalan ».

La question de l'indépendance divise toujours la Catalogne

L’action menée par JUSAPOL survient 48 heures avant des actions prévues par les séparatistes pour célébrer le référendum de l’an dernier, qui s'était tenu malgré l’interdiction du plus haut tribunal d’Espagne.

La journée du vote s’était terminée dans le chaos et la violence, par des confrontations entre des agents de la police nationale et de la Garde civile et des manifestants. Des centaines de personnes avaient été blessées.

Avec un taux de participation de 43 %, le référendum a démontré que 90 % des gens ayant voté étaient en faveur de l'indépendance de la Catalogne, ce qui avait conduit le Parlement régional à déclarer le 27 octobre une république indépendante, qui a toutefois été éphémère.

Les plus récents sondages montrent que les 7,5 millions de Catalans sont encore très divisés sur la question de l’indépendance.

Avec les informations de Associated Press, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International