•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les verts se préparent pour les élections de 2019

Trois femmes assises sur autour d'une table dont une regarde droit devant elle en train de sourire.

Elizabeth May, chef du Parti vert du Canada à Vancouver

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Radio-Canada

Elizabeth May et les membres du Parti vert du Canada sont réunis à Vancouver jusqu'à dimanche pour discuter des enjeux qui guideront leur campagne électorale pour les élections fédérales de l’année prochaine.

Dans ce congrès bisannuel, Elizabeth May a souligné la croissance de son parti aux quatre coins du pays. Selon la chef du Parti vert du Canada, les verts accroissent leur présence en Colombie-Britannique, au Nouveau-Brunswick, à l’île du Prince Édouard et en Ontario.

C’est une percée sérieuse, avec des effets énormes.

Elizabeth May, chef du Parti vert du Canada
Un homme et trois femmes assis côte à côte devant une banderole du Parti vert du Canada.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

David Merner, Elizabeth May, Adriane Carr et Caroline Lucas (codirigeante du Parti vert du Royaume-Uni)

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Elizabeth May s’est entourée de partisans verts de différents horizons. À l'échelle municipale, Adriane Carr est la seule représentante du parti au conseil municipal de Vancouver. Sur la scène internationale, la codirigeante du Parti vert du Royaume-Uni, Caroline Lucas, a témoigné à propos de ce qui a mené au Brexit. Au niveau national, l’ancien député libéral David Merner a rejoint récemment les rangs du parti en étant candidat dans la circonscription d'Esquimalt-Saanich-Sooke.

Les enjeux du Parti vert

  • La santé publique

« C’est une inquiétude très sérieuse et qu’il est important d’avoir un système d'assurance médicaments pour réduire les coûts du système de santé publique », estime Élizabeth May.

  • Les changements climatiques

Cet enjeu demeure évidemment le plus important pour la chef de file des verts à Ottawa.

C’est le seul enjeu qui est une menace pour tous les autres.

Elizabeth May, chef du Parti vert du Canada
  • Trans Mountain

Elizabeth May a répété que l’achat de l’oléoduc par le gouvernement Trudeau est « un gaspillage » des deniers publics. Elle regrette qu’Ottawa continue d’investir dans les énergies fossiles et non dans celles qui sont renouvelables.

  • Le logement

Le logement préoccupe particulièrement les Britanno-Colombiens, surtout à Vancouver. Adriane Carr affirme que « le logement est la crise et le sujet numéro un » dans l’élection municipale. La conseillère municipale croit qu’Ottawa devrait rétablir les incitatifs fiscaux pour la construction de logements destinés à la location.

Un homme et une femme assis qui rigolent.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

David Merner, candidat des Verts pour Esquimalt-Saanich-Sooke, et Elizabeth May, chef du Parti vert du Canada

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

  • La réforme électorale

Les verts ont rappelé que les libéraux de Justin Trudeau n’ont pas tenu leur promesse d’abandonner le scrutin uninominal à un tour au profit de la représentation proportionnelle. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui ont poussé David Merner à quitter le Parti libéral du Canada.

  • Le système économique

David Merner croit que, à l'avenir, « les questions de justice sociale de l’économie » prédomineront. Par conséquent, « [le parti] va changer les fondements de l'économie » pour qu’elle soit « innovatrice ».

Colombie-Britannique et Yukon

Politique fédérale