•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je ne joue pas au géant vert, mais j'ai l'environnement à cœur », assure Legault

François Legault est assis à une table avec un autre convive. Devant eux sont posées des salades.
François Legault s'est exprimé vendredi devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Photo: Radio-Canada / Cimon Leblanc
Radio-Canada

Tandis que Manon Massé s'attaquait à la crédibilité de François Legault en matière d'environnement pour la deuxième journée consécutive, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) a tenu à assurer les Québécois, dans un discours devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, vendredi, que le thème lui tient bel et bien à cœur.

Le chef de la CAQ a admis d'emblée qu'il n'est pas le premier à monter au front pour défendre l'environnement. « Je ne suis pas porté à me draper dans un discours environnementaliste et à jouer au géant vert, c’est vrai », a laissé tomber M. Legault.

« Mais augmenter notre niveau de richesse n’est pas un but en soi. Ça permet de nous donner les moyens de nos ambitions. Je pense par exemple au transport en commun », a-t-il illustré.

Au bout du compte, les Québécois doivent savoir que j’ai l’environnement à cœur.

François Legault, chef de la CAQ

François Legault s'est adonné à ce rare plaidoyer pour la cause environnementale devant un parterre rempli de gens d'affaires au moment où la co-porte-parole de Québec solidaire (QS) a choisi d'enfoncer un peu plus ce clou pour attaquer la formation caquiste, qui se trouve en position de tête dans les sondages, tout juste devant les libéraux.

La crainte d'une crise « insurmontable »

Dans une envolée au ton alarmiste sur les plaines d'Abraham, à Québec, Manon Massé a dit vendredi qu'elle craignait que la crise climatique qui guette la planète ne devienne « insurmontable ».

Manon massé est entouré de candidat en point de presse à Québec.Manon Massé a réitéré vendredi que, selon elle, la question de l'urne demeure celle de la protection de l'environnement et de la lutte contre les changements climatiques. Photo : Radio-Canada / Jérôme Turmel

Du début à la fin de la campagne électorale, Manon Massé a maintenu que la sauvegarde de l'environnement devait être la « question de l'urne », donc l'enjeu décisif le 1er octobre, jour du vote.

La co-porte-parole de QS a réaffirmé l'importance à ses yeux de voir la population envoyer un message clair, lundi, en vue de mieux gérer « la crise climatique » qui frappera le Québec et la planète tout entière au cours des prochaines années et décennies, surtout si on ne fait rien.

Plus la vieille classe politique reste les bras croisés, plus son inaction nous coûte cher. Plus la crise sera insurmontable.

Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

« C'est maintenant ou jamais », a tranché Mme Massé sur un ton solennel, réaffirmant que la protection de l'environnement, « le défi du siècle », devait s'imposer le jour du vote.

Legault, un climatosceptique?

Elle s'est aussi attaquée au programme environnemental de la CAQ ainsi qu'à son chef, se questionnant même à savoir s'il était climatosceptique. La veille, elle avait posé cette même question en mêlée de presse.

Mme Massé appuie sa réflexion sur le fait qu'un des engagements de la CAQ consiste à financer un troisième lien routier entre Lévis et Québec, un projet qui ne ferait qu'encourager le transport individuel, augmenter la congestion routière et donc la quantité de gaz à effet de serre rejetés dans l'atmosphère, du moins selon son parti.

Les experts disent que ce n'est pas la bonne façon de faire, a-t-elle dit. QS s'oppose à ce projet de troisième lien.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique