•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les horaires variables font obstacle au covoiturage

Des voitures circulent sur le rue Saint-Denis.

Les horaires variables et les difficultés de trouver des conducteurs ou passagers sont les principaux obstacles au covoiturage.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Radio-Canada

Les horaires variables et les difficultés de trouver des conducteurs ou passagers sont les principaux obstacles au covoiturage : c'est ce qui ressort d'une enquête menée auprès d'environ 2000 Québécois visant à mieux comprendre leurs motivations et réticences pour le covoiturage courte distance.

La protection de l’environnement, les économies sur les frais de transport et le gain de temps font en revanche partie des principales motivations qui poussent les Québécois à adopter ce mode de transport.

Les trois quarts des répondants disent être intéressés par un service multipassager en taxi si le tarif est réduit.

Et plus de 80 % des covoitureurs sont favorables à des points de rencontre avec une signalisation sur la rue.

Dévoilée cette semaine lors d’une conférence à l'Université du Québec à Montréal (UQAM), l’enquête a été réalisée au cours de l'été par une dizaine d’organismes, dont CAA-Québec, le Conseil régional de l'Environnement et des entreprises spécialisées en covoiturage.

Afin notamment de diminuer le nombre de voitures sur les routes, les entreprises de covoiturage y vont d’une série recommandations à court et moyen terme.

Dans un premier temps, ils conseillent aux villes de « réaliser des enquêtes localement pour informer et adapter le service aux besoins ».

Ils invitent aussi les autorités de transport à offrir une aide à créer des outils numériques, en plus de déployer des stationnements et des voies réservées.

Une cinquantaine de questions avaient été soumises aux répondants par courriel et sur les réseaux sociaux.

Économie sociale et de partage

Société