•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brian Gallant invite les progressistes-conservateurs à dénoncer une entente entre Blaine Higgs et Kris Austin

Brian Gallant, chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick.

Brian Gallant, chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

« Nous faisons une demande aux vrais progressistes-conservateurs de ce caucus de montrer leur mécontentement ou même de joindre [les libéraux] ou de prendre d'autres actions pour arrêter une alliance entre le Parti progressiste-conservateur et l'Alliance des gens », a lancé Brian Gallant, chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, lors d'un point de presse vendredi.

Un texte d'Anaïs Brasier

Pour le chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, il ne fait aucun doute que le soutien offert par Kris Austin, chef de l'Alliance des gens, au Parti progressiste-conservateur, constitue une entente entre les deux partis.

Kris Austin a mis ça au clair, dit-il. Il a informé qu'il a rencontré Blaine Higgs et [ils] se sont mis d'accord pour un soutien pouvant aller jusqu'à 18 mois. Clairement, Blaine Higgs et Kris Austin ont passé un accord, ajoute-t-il.

Blaine Higgs va certainement dire qu'il n'y a pas d'entente écrite, mais il a clairement l'intention de poursuivre un accord avec l'Alliance des gens.

Brian Gallant, chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick

La question maintenant, souligne Brian Gallant, est de savoir si tous les membres du caucus progressiste-conservateur appuient cette entente avec l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick.

Un d'entre eux a déjà publiquement dit qu'il ne voulait pas faire partie d'un tel gouvernement et durant la dernière heure, nous avons entendu d'autres gens à l'intérieur du caucus des conservateurs [dire] qu'ils ne feraient pas partie d'un gouvernement appuyé par l'Alliance des gens. 

Et des personnes comme Robert Gauvin et d'autres progressistes-conservateurs à l'intérieur du caucus auront le choix. Et à la fin de la journée, ils pourront peut-être influencer le sort de notre province pour des générations.

Brian Gallant, chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick

Donald Arseneault se mêle de la partie

L'ancien député et ministre libéral Donald Arseneault fait lui aussi des appels à des candidats élus du Parti progressiste-conservateur.

Il a notamment appelé Ross Wetmore, de la circconscription Gagetown-Petitcodiac. Ce dernier a publié un tweet vendredi indiquant que Donald Arseneault l'avait appelé pour lui demander quel était son prix pour appuyer Brian Gallant. Donald Arseneault a admis l'avoir contacté pour lui indiquer que son chef, Blaine Higgs, n'appuie pas ses priorités. Il l'a admis, ajoute-t-il.

Vers une entente entre les libéraux et le Parti vert

Brian Gallant a confirmé avoir discuté avec le chef du Parti vert, David Coon, pour savoir comment on pourrait travailler ensemble de façon formelle.

Une discussion formelle entre les libéraux et les verts pour former, ensemble, un gouvernement progressiste, s'amorcera au plus tard mardi prochain, dit-il. Il ignore si les négociations mèneront à une alliance, mais assure que l'issue de ces discussions sera dévoilée au public. Nous avons beaucoup de points en commun dans nos plateformes, mais aussi des différences.

Si nous avons une entente avec le Parti vert, c'est très évident que la question devant nous ça va être "est-ce qu'on veut un gouvernement libéral appuyé par le Parti vert ou est-ce qu'on veut un gouvernement conservateur appuyé par l'Alliance des gens?"

Je n'ai pas rencontré Monsieur Austin et nous n'avons pas d'entente

Quelques minutes après le point de presse de Brian Gallant, c'était au tour de Blaine Higgs de s'adresser aux médias vendredi après-midi. Il a nié avoir rencontré le chef de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, Kris Austin, et avoir conclu une entente avec lui.

« Nous nous sommes parlé au téléphone [jeudi] pour la première fois depuis les élections », nuance-t-il. « J'ai dit la même chose à Monsieur Austin que j'ai dit à Monsieur Coon, que c'est dans l'intérêt de la province d'avoir une stabilité et que j'espère qu'il appuiera le choix des Néo-Brunswickois. »

Blaine Higgs, chef du Parti progressiste-conservateur, en point de presse. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Blaine Higgs n'est pas inquiet : les progressistes-conservateurs formeront le prochain gouvernement, malgré les efforts de Brian Gallant pour s'accrocher au pouvoir.

Photo : Radio-Canada

Kris Austin s'est engagé verbalement à ne pas faire tomber le gouvernement pour les prochains 18 mois, mais Blaine Higgs affirme n'avoir rien promis en retour.

Monsieur Gallant veut faire croire aux gens que j'ai des intentions cachées. C'est une tentative désespérée de s'accrocher au pouvoir. [...] Je lui demande de faire un geste honorable et de démissionner.

Blaine Higgs, chef du Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick

Enfin, Blaine Higgs réitère qu'il n'est pas inquiet quant à Robert Gauvin. « Nous avons un groupe solide », conclut-il.

Blaine Higgs prévoit aussi rencontrer le chef du Parti vert, David Coon, lundi prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale