•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

Analyse finale des promesses des quatre partis

L'affiche des bureaux de vote
Les citoyens ont été nombreux à voter par anticipation lors de la première journée. Photo: Radio-Canada
Gérald Fillion

ANALYSE - Le temps est venu d'aller voter, si ce n'est pas déjà fait. Votre choix est peut-être fait, mais il est possible aussi que vous soyez encore en réflexion. Alors, fidèle à la tradition, je vous propose un résumé analytique des principales propositions, les plus importantes, les plus fondamentales des partis représentés à l'Assemblée nationale à Québec.

Je vous préviens, les listes mentionnées dans ce texte ne sont pas exhaustives. L’objectif est de mettre en valeur les promesses les plus significatives, les plus importantes pour les partis en présence, une dizaine par parti.

Parti libéral du Québec (PLQ)

Philippe Couillard affiche un sourire dans un studio de radio. Le parti de Philippe Couillard mise sur la continuité et s’appuie sur son bilan en matière de finances publiques. Photo : Radio-Canada / Bruno Boutin

Le parti de Philippe Couillard mise sur la continuité et s’appuie sur son bilan en matière de finances publiques. Les compressions budgétaires, la croissance économique plus forte en 2017 et des intérêts moins élevés sur la dette ont permis au gouvernement de dégager d’importantes marges de manœuvre. Toutefois, le PLQ est le parti qui entend le plus utiliser la réserve de stabilisation pour financer ses engagements, en particulier les baisses d’impôt qui ont été annoncées en novembre 2017.

Au lieu de 8,6 milliards de dollars en 2022-23, sous un gouvernement libéral, la réserve tomberait à 3,9 milliards de dollars. De plus, le PLQ finance une partie de ses promesses en prenant la liberté de relever les prévisions de croissance économique pour les quatre prochaines années. Le ministère des Finances avait publié ses prévisions le 20 août dernier, juste avant le lancement de la campagne électorale. Engagements électoraux : 2,7 milliards de dollars. Voici quelques mesures ciblées, d’autres plus fondamentales pour le parti :

  1. Chèque de 150 $ à 300 $ par enfant chaque année, quel que soit le revenu familial;
  2. 2000 places en services de garde subventionnés en milieu de travail, dans les cégeps et les universités, et des services de garde éducatifs gratuits pour les enfants de 4 ans;
  3. Plusieurs engagements pour augmenter le taux de jeunes diplômés et favoriser la formation technique et professionnelle pour répondre à la rareté de main-d’œuvre;
  4. Couverture des soins dentaires jusqu’à 16 ans et pour les aînés à faible revenu;
  5. Possibilité de suspendre ou de reporter à 75 ans son premier versement du Régime des rentes du Québec (RRQ) afin de rester plus longtemps au travail : à 75 ans, le versement serait bonifié de 8,4 % par année; un aîné qui toucherait 1000 $ en retirant sa rente à 65 ans aurait droit à 1840 $ en attendant à 75 ans ;
  6. Bonification du crédit pour travailleurs d’expérience, du crédit pour maintien à domicile, du crédit en raison de l’âge, ajout de 1500 places en CHSLD ;
  7. Gratuité du transport en commun pour les étudiants et les aînés;
  8. Ajout de 10 milliards de dollars sur 10 ans au Plan québécois des infrastructures;
  9. Hausse de redevances sur l'eau; ouverture à des projets d'exploration et d'exploitation des hydrocarbures pour certains « projets spécifiques » pour des « raisons exceptionnelles », a dit Philippe Couillard (Le Devoir, 7 septembre);
  10. Troisième lien entre Québec et Lévis : favorable, mais le PLQ veut attendre d’abord l’étude d’opportunités en 2020.

Parti québécois (PQ)

Jean-François Lisée devant son autobus de campagne. Le parti de Jean-François Lisée prend pour acquis qu’il peut mettre fin à l’entente conclue avec les médecins et faire un gain de 1,25 milliard de dollars. Photo : Radio-Canada / Sébastien Gauvin Blanchet

Le parti de Jean-François Lisée n’a pas modifié les prévisions de croissance dévoilées par le ministère des Finances. C’est un geste prudent. Toutefois, le PQ tient pour acquis qu’il peut mettre fin à l’entente conclue avec les médecins et faire un gain de 1,25 milliard de dollars à terme dans sa colonne des dépenses. Contrairement à la CAQ, le PQ inclut ce gain dans son cadre financier.

Le Parti québécois est le seul parti qui inclut des sommes dans son cadre financier pour combler l’écart à résorber qui a été identifié dans le rapport préélectoral. La réserve de stabilisation atteindrait 5,3 milliards de dollars en 2022-23 au lieu de 8,6 milliards de dollars, tel que prévu actuellement. Engagements électoraux : 3,3 milliards de dollars. Les mesures qui sont les plus importantes pour le parti :

  1. Annulation de la hausse de rémunération prévue pour les médecins dans les prochaines années et fin de l’incorporation des médecins;
  2. Chèque de 350 $ maximum pour les aînés ayant un revenu de moins de 35 000 $;
  3. Pour encourager les travailleurs à rester plus longtemps sur le marché du travail, possibilité de cesser de cotiser au Régime de rentes du Québec (RRQ) et de garder les 5,4 % de cotisation prévue, alors que l’employeur continuerait de verser sa part;
  4. Ajout de 900 000 heures (+ 30 %) de soins à domicile durant la première année d’un mandat;
  5. Politique pour les proches aidants : des logements supervisés, plus de moyens financiers et huit heures de répit par semaine;
  6. Tarif unique à 8,05 $ en garderie, tarif qui diminue à 4 $ pour un deuxième enfant et la gratuité pour un troisième enfant et pour les familles dont les revenus sont inférieurs à 34 000 $;
  7. Ajout de 10 milliards de dollars sur 10 ans au Plan québécois des infrastructures, dont 4 milliards de dollars pour le transport collectif et 200 millions de dollars pour améliorer les CHSLD, qui seront tous climatisés;
  8. Hausse d’impôt pour les banques, les médecins et les hauts dirigeants;
  9. Augmentation des redevances sur l'eau, pas de nouveaux projets d'exploration et d'exploitation d'hydrocarbures;
  10. Troisième lien entre Québec et Lévis : des consultations publiques avant de décider.

Coalition avenir Québec (CAQ)

François Legault dans les studios de la station de radio 98,5 FM. Le parti de François Legault croit à un « effet CAQ » et s’autorise à relever de 0,5 point de pourcentage les prévisions de croissance en 2021-22 et 2022-23. Photo : Radio-Canada

Le parti de François Legault croit à un « effet CAQ » et s’autorise à relever de 0,5 point de pourcentage les prévisions de croissance en 2021-22 et 2022-23. Cette modification permet à la CAQ de gonfler ses revenus de 700 millions de dollars 2022-23 dans son cadre financier, le quart de la marge de manœuvre identifiée par le parti. La Coalition avenir Québec prévoit des économies de 1,5 milliard de dollars dans les dépenses de l’appareil de l’État, une cible ambitieuse également, compte tenu des efforts à déployer dans la gestion des approvisionnements, de l’informatique, de l’administration publique.

C’est grâce à ces mesures plutôt incertaines que la CAQ réussit à maintenir la réserve de stabilisation à 8,4 milliards de dollars en 2022-23. La Coalition estime pouvoir épargner un milliard de dollars sur une année dans la rémunération des médecins spécialistes, mais ne l’inclut pas dans son cadre financier, un geste prudent. Engagements électoraux : 2,7 milliards de dollars. Les propositions les plus marquantes pour le parti :

  1. Baisse du taux des taxes scolaires dès 2019;
  2. Montant supplémentaire de 1200 $ par année par enfant à partir du deuxième enfant pour les familles qui gagnent 107 000 $ ou moins;
  3. Maternelle pour tous les enfants de 4 ans, 50 000 places de plus en garderie et tarif unique à 8,05 $ par jour;
  4. 30 Maisons des aînés de 70 à 130 personnes au coût de 1 milliard de dollars dans un premier mandat et remplacement de tous les CHSLD d’ici 2038;
  5. Politique sur les soins à domicile avec l’embauche de ressources professionnelles supplémentaires;
  6. Politique sur les proches aidants : doubler le crédit d’impôt pour aidant naturel jusqu’à concurrence de 2500 $ en plus de soutenir la construction de 20 maisons Gilles-Carle;
  7. Remboursement de la dette avant le 31 mars 2019 de 10 milliards de dollars à partir du Fonds des générations;
  8. Économies dans l’appareil de l’État en réduisant les coûts de gestion en informatique, en coupant 5000 postes dans l’administration publique par attrition, en réduisant de 10 % les coûts d’approvisionnement, en réévaluant les programmes;
  9. Aucune redevance supplémentaire sur l'eau, ouverture à l'exploration et à l'exploitation des hydrocarbures s'il y a un acceptation sociale;
  10. Troisième lien entre Québec et Lévis : début de la construction dans un premier mandat.

Québec solidaire (QS)

Manon Massé parle aux médias entourée de militants. Le parti de Manon Massé propose une « révolution » pour employer le mot utilisé par la co-porte-parole. Photo : Radio-Canada

Le parti de Manon Massé propose une « révolution » pour employer le mot utilisé par la co-porte-parole et par son candidat Simon Tremblay-Pepin. Les propositions de QS sont hors cadre et ne peuvent pas se résumer à une analyse revenus-dépenses dans un cadre financier. Il est difficile d’imaginer que les 13 milliards de dollars d’engagements du parti coûteront exactement cette somme, comme il est impossible de prévoir avec certitude qu’on peut trouver 13 milliards de dollars de nouveaux revenus.

Le cadre financier de QS est d’ailleurs succinct et ne chiffre l’effet de ses engagements que sur l’exercice financier 2022-23. Il est imprudent de croire que les hausses d’impôt pour les personnes qui gagnent plus de 97 000 $ par année et pour les entreprises n’auront pas d’effet décélérateur sur l’économie. QS tient aussi pour acquis qu’une hausse du salaire minimum aurait un effet positif sur les finances publiques. QS inclut également dans son cadre un gain de 925 millions de dollars sur la rémunération des médecins spécialistes. Les mesures les plus fondamentales pour le parti sont :

  1. Un plan de transition économique et écologique touffu qui s’appuie sur des changements de comportements et des investissements majeurs dans le transport collectif;
  2. La gratuité durant tout le parcours scolaire;
  3. Des investissements en santé, dans les CLSC et la création d’une société d’État pour acheter des médicaments à moindre coût;
  4. Un investissement majeur dans le programme d'aide sociale et les logements sociaux;
  5. Des hausses d’impôt pour les personnes gagnant plus de 97 000 $ par année, des baisses pour les personnes gagnant moins de 80 000 $ et une hausse du taux d’imposition des grandes entreprises de 11,7 % à 14,5 %;
  6. Une hausse du salaire minimum à 15 $ de l'heure à compter du 1er mai 2019;
  7. Des soins dentaires gratuits pour les jeunes jusqu’à 18 ans et pour les bénéficiaires de l’aide sociale, alors que pour les adultes, on prévoit rembourser 80 % de la facture pour le nettoyage et 60 % pour les caries et les soins curatifs;
  8. Une réduction de 50 % des coûts de transport collectif;
  9. Hausse de redevances sur l'eau et les mines, pas d'exploration et d'exploitation des hydrocarbures;
  10. Pas de troisième lien entre Québec et Lévis.

Bon vote !!! 

Politique provinciale

Politique