•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Évaluation des écoliers : Legault prêt à rembourser les parents qui se tournent vers le privé

François Legault, dans un studio de radio, parle dans un micro.
Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, en entrevue au 98,5 FM, vendredi matin. Photo: Radio-Canada / Cimon Leblanc
Radio-Canada

François Legault a ouvert la porte à ce qu'un éventuel gouvernement de la CAQ rembourse les frais médicaux engagés par des parents qui se tournent vers le privé pour évaluer ou traiter leurs enfants qui n'obtiennent pas de tels services dans des délais raisonnables dans le réseau scolaire public.

Un texte de François Messier

C’est ce qu’a affirmé le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans une entrevue accordée à Paul Arcand lors de l’émission matinale du 98,5 FM, à Montréal.

Après avoir souligné que le quart des enfants du primaire ont des problèmes de troubles de l’attention ou du spectre de l’autisme, ou souffrent de dysphasie ou de dyslexie, M. Legault s’est fait demander si l’État devrait rembourser leurs parents qui se tournent vers le privé parce qu'ils n'en peuvent plus d'attendre de l'aide dans le réseau public.

« À la limite, oui », a commencé par répondre le chef de la CAQ, avant de préciser qu’un gouvernement qu’il dirigerait chercherait d’abord à « tout faire pour le donner [le service] au public ».

M. Legault plaide souvent qu'envoyer tous les enfants à la maternelle dès l'âge de 4 ans permettrait justement d'assurer un meilleur dépistage de différents troubles d'apprentissage, et ainsi favoriser en bout de piste leur réussite scolaire.

M. Legault a ensuite précisé que « plusieurs parents » lui ont dit qu’ils avaient pu débourser jusqu’à 1500 $ pour obtenir une évaluation dans le secteur privé, après avoir compris qu’obtenir le même service à l’hôpital Sainte-Justine, par exemple, nécessitait un an ou deux d’attente.

Le chef de la CAQ a profité de l’occasion pour souligner que Lionel Carmant, neuropédiatre de cet hôpital qui brigue les suffrages pour son parti dans la circonscription de Taillon, est convaincu que le réseau de santé public a toutes les ressources nécessaires pour répondre aux demandes.

« Ma question c’est, si le public ne peut pas le donner, allez-vous le payer? », l’a relancé M. Arcand.

« C’est sûr qu’il ne faut pas que les parents paient », a alors répondu M. Legault. « C’est sûr que, oui, je suis ouvert à les payer. »

À la mnême question, la semaine dernière, le chef libéral Philippe Couillard avait plutôt offert une fin de non-recevoir. « Ça n'ira pas au niveau que vous dites », avait-il répondu.

Il avait souligné qu'il existait un crédit d'impôt pour ces frais médicaux et qu'il fallait embaucher plus de professionnels pour répondre au manque de services dans les écoles.

Politique provinciale

Politique