•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Main-d’œuvre : les spécialistes du recrutement à l’étranger débordés

L'entreprise Spécialité industrielle HMC a recruté ce travailleur philippin.
Un travailleur Philippin est accueilli dans une usine de Saint-Augustin-de-Desmaures, près de Québec. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Dans un contexte où la pénurie de main-d'œuvre touche de plus en plus d'entreprises, la pression est d'autant plus grande pour les compagnies de recrutement de travailleurs à l'étranger.

Un texte de Charles D'Amboise

Les demandes ne cessent de croître pour recruter les travailleurs immigrants, souligne Peter Downey, président de l’entreprise Solution de Recrutement International.

« Tous nos clients sont dans la même situation : ils ont les commandes, ils ont l’équipement, mais ils n’ont pas la main d’œuvre », explique M. Downey qui était de passage à Saint-Augustin-de-Desmaures pour accueillir des travailleurs philippins.

Œuvrant dans le domaine depuis plusieurs années, M. Downey rappelle que les fortes demandes ont débuté dans le milieu industriel, il y a quelques années.

« Depuis deux ans, ça touche tous les domaines, des technologies de l’information à la restauration », souligne-t-il.

Peter DowneyPeter Downey, président de l’entreprise Solution de Recrutement International. Photo : Radio-Canada

« On essaie de combler les besoins, mais les lois en place font en sorte que c’est plus difficile dans certains secteurs. C’est criant partout », ajoute-t-il.

Alléger les règles

En marge de la campagne électorale au Québec, M. Downey souligne l’importance de « régler le problème à la source ». Il déplore que les partis provinciaux fassent des promesses en immigration alors que c’est le gouvernement fédéral qui a le pouvoir d’alléger « les règles du jeu ».

Il va falloir qu'on ouvre un petit peu plus les règles du jeu pour permettre la venue des travailleurs étrangers.

Peter Downey, président de l’entreprise Solution de Recrutement International

« Présentement, on a un retard énorme au niveau du Canada pour l’obtention des permis de travail. Les délais sont trop longs et les entreprises se découragent », explique-t-il.

Les programmes qui existent au provincial sont toujours téléguidés par le fédéral donc il faut s'orienter vers le fédéral pour trouver des solutions, rappelle-t-il.

Il y a actuellement environ 90 000 postes à pourvoir au Québec.

Avec les informations de Marie-Maude Pontbriand

Québec

Société