•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La question linguistique, responsable de l’échec des progressistes-conservateurs dans le Madawaska?

Une affiche électorale de Jeannot Volpé

Jeannot Volpé a perdu par 2365 voix contre la libérale Francine Landry dans la circonscription de Madawaska-Les-Lacs-Edmundston.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La population du Madawaska n'a élu aucun candidat progressiste-conservateur lundi, mettant ainsi fin à une longue tradition politique de la région. Pour la première fois en 23 ans, elle a élu deux députés du Parti libéral, et ce, avec une grande majorité. Que s'est-il passé pour que les bleus perdent autant de soutien dans la région?

Dans la circonscription de Madawaska-Les-Lacs-Edmundston, c'est par 2365 voix que la libérale Francine Landry a battu le vétéran de la politique Jeannot Volpé. Le résultat a été une surprise pour tous, même pour le principal intéressé.

Ce n'est certainement pas ce à quoi je m'attendais. Je pensais que ce serait une lutte serrée.

Jeannot Volpé, candidat pour le Parti progressiste-conservateur

Les francophones inquiets pour la langue

La population francophone a dit "nous autres, on veut maintenir notre langue francophone", lance sans détour le président de l’Association du Parti progressiste-conservateur de la circonscription, Jean-Guy Marquis.

La question de la langue, abondamment discutée durant la campagne, explique la baisse importante de l'appui envers le parti de Blaine Higgs dans la région, assure-t-il. Les électeurs francophones du Madawaska, dit-il, ont ainsi priorisé la langue plutôt que la qualité de certains services, comme les ambulances.

Jean-Guy Marquis se range d’ailleurs derrière Robert Gauvin lorsqu’il aborde la possibilité d’une coalition entre les progressistes-conservateurs et l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick. Complètement contre ça. Ils voudraient se départir de la commissaire aux langues officielles. Ça veut tout dire.

Le découpage des circonscriptions défavorable aux progressistes-conservateurs?

La langue a probablement joué un rôle important dans la dégringolade du Parti progressiste-conservateur au Madawaska, admet le politologue de l’Université de Moncton Denis Duval.

Denis Duval, politologue à l'Université de Moncton.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Denis Duval confirme que les questions de droits linguistiques ont sûrement joué contre les progressistes-conservateurs dans le Madawaska.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Mais ce n’est pas tout. Un autre facteur a désavantagé la formation politique, selon lui : celui du découpage des circonscriptions au fil des ans.

La concentration des conservateurs était surtout dans la région d'Edmundston. Maintenant, cette ville-là est divisée en deux circonscriptions, donc ça leur nuit peut-être un peu, explique le politologue.

Malgré tout, les conservateurs du Madawaska affirment avoir totalement à cœur la préservation du français.

D'après un reportage de Kassandra Nadeau-Lamarche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale