•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Main-d'oeuvre : Legault veut des salaires plus élevés; cette entreprise cherche des immigrants

François Legault debout dans une usine
François Legault a visité jeudi l'usine de Prevost à Sainte-Claire qui a des difficultés à attirer des employés. Photo: Radio-Canada / Romain Schué
Radio-Canada

Faisant la promotion d'une augmentation des salaires pour contrer la pénurie de main-d'œuvre, l'un de ses thèmes de campagne, François Legault a félicité l'entreprise Prevost pour sa politique salariale, en incitant les autres firmes de la région à l'imiter. Or, cet employeur connaît des difficultés de recrutement et mise sur l'immigration pour attirer des candidats.

Un texte de Romain Schué

« On a besoin d’emplois comme chez Prevost », a clamé François Legault, tout sourire, avant d’aller visiter, à Sainte-Claire, dans Bellechasse, l’usine de cette entreprise appartenant au groupe Volvo, spécialisée dans la fabrication d’autocars.

Prevost propose en effet une politique salariale attrayante. Cependant, elle connaît des difficultés de recrutement. Au total, 18 postes de peintres sont vacants, a expliqué, en marge de sa rencontre avec le chef de la CAQ, une dirigeante de l'entreprise.

Des ingénieurs, un soudeur et un préparateur à la peinture sont également recherchés. Pour ces deux derniers postes, le salaire minimum proposé sur le site Internet de Prevost est de 26,18 $ de l'heure, soit dans la cible envisagée par François Legault.

Alors que l'ex-homme d'affaires fait sans cesse la promotion d’emplois « payants », à 25, 30 ou 40 $ de l’heure, la vice-présidente des affaires juridiques, réglementaires et publiques de Prevost, Emmanuelle Toussaint, a confié ne pas être convaincue par l'idée d'une hausse des salaires pour attirer les candidats.

[De hauts salaires] c’est probablement une solution à court terme, mais il faut travailler évidemment sur des mesures plus à long terme.

Emmanuelle Toussaint, vice-présidente chez Prevost

Il faut accélérer l’obtention de visas, dit Prevost

L’immigration est par ailleurs l’une des solutions pour contrer cette pénurie de main-d’œuvre, a-t-elle expliqué. « C’est sûr qu’on favorise vraiment qu’il y ait des personnes de l’étranger », confie Emmanuelle Toussaint, en évoquant le recrutement de travailleurs provenant de Pologne, du Brésil et du Mexique.

Ces derniers parlent français ou ont « une volonté marquée » d’apprendre cette langue, a-t-elle ajouté.

Alors que François Legault compte réduire d’au moins 20 % les seuils d’immigration s’il devient premier ministre, la dirigeante de Prevost n’y voit pas une nécessité.

« Il est certain que la main-d’œuvre qui est qualifiée, ce n’est pas un problème, étant donné qu’on a vraiment une pénurie de main-d’œuvre », a-t-elle souligné, tout en demandant au gouvernement d’accélérer le processus pour l’obtention des visas de travail.

« On est confiant qu’on puisse travailler, peu importe le gouvernement qui est en place, pour être sûr que c’est bien compris, puis qu’on soit en mesure de recruter à l’international ou localement », a-t-elle repris.

Emmanuelle Toussaint dans un atelier de l'entreprise PrevostEmmanuelle Toussaint, vice-présidente affaires juridiques, règlementaires et publiques chez Prevost Photo : Radio-Canada

Création d’emplois : Legault refuse de chiffrer

Combien d’emplois « payants » François Legault compte-t-il créer? Le chef de la CAQ, questionné à de multiples reprises par les journalistes, a refusé de chiffrer cet engagement, affirmant de pas avoir « assez de données » pour répondre.

« Ce n’est pas une question. Le challenge n’est pas le nombre de jobs », a-t-il martelé, en se bornant à répéter qu’il veut « réduire » l’écart de salaire entre le Québec et l’Ontario.

Quand on compare le salaire moyen au Québec avec celui de l’Ontario, il y a un écart moyen de 11 à 12 % qui est là depuis 15 ans et plus. Moi, ce que je vise à long terme, c’est qu’on se donne un plan pour réduire cet écart.

François Legault, chef de la CAQ

« On sait que les libéraux en 2014 ont promis 250 000 emplois. Ils en ont créé 200 000, dont seulement 15 000 à l’extérieur de Montréal et de Québec. Ce qui est important, ce n’est pas nécessairement le nombre, c’est la qualité, la répartition. Il y a des régions qui en ont plus besoin de que d’autres », a-t-il avancé.

Selon le chef de la CAQ, ce plan doit se mettre en place « avec de vraies entreprises, dans les vraies régions » et doit être étudié « sur une longue période ».

« Ça ne se fera pas dans un mandat, ça va se faire dans plusieurs mandats », a-t-il concédé.

Politique provinciale

Politique