•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marijuana : la décision de l'Ontario accueillie avec soulagement par l'industrie

Un plan de cannabis en gros plan.
Un plan de marijuana. Photo: Radio-Canada / Chris Ensing
Radio-Canada

La décision de ne pas limiter le nombre de permis pour l'exploitation d'un magasin de vente au détail de cannabis en Ontario est accueillie avec soulagement par des joueurs de l'industrie. Mais plusieurs questions restent encore en suspens.

L’apport du privé aura un effet positif pour les petites et moyennes entreprises qui souhaitent se lancer dans le commerce de la marijuana, indique Trina Fraser, une avocate représentant des industries du cannabis.

Mais le flou entourant certains détails, notamment le nombre de permis que pourra posséder un seul commerçant, inquiète aussi les représentants de l'industrie du cannabis, note-t-elle.

Nous ne savons pas encore le degré d'affiliation qui sera autorisé entre les producteurs et les détaillants agréés, ajoute Mme Fraser.

Le nouveau cadre législatif, dévoilé mercredi, permettra aux Ontariens de consommer du cannabis au même endroit où il est présentement permis de fumer du tabac. Le cannabis sera officiellement légal le 17 octobre au Canada.

Les permis seront octroyés par la Commission des alcools et des jeux de l'Ontario (CAJO). La CAJO assurera également l'application de la loi et pourra au besoin révoquer les permis.

Le gouvernement de l’Ontario se réserve aussi le droit de limiter la concentration de magasins de vente au détail dans une certaine région géographique.

Le directeur général de Canopy Growth, Bruce Linton, estime que la décision du gouvernement ontarien est une avancée, car elle permettra d’augmenter le choix pour les consommateurs.

À titre de comparaison, le gouvernement libéral de Kathleen Wynne prévoyait créer 150 magasins de vente au détail à l’échelle de la province.

La nouvelle loi conférera aux municipalités le droit d'interdire les magasins de vente au détail de cannabis sur leur territoire et de limiter la distance entre ces derniers et une école.

Toutefois, les municipalités auront jusqu'au 22 janvier 2019 pour signifier leur intention sur le sujet.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique