•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle passerelle de la 132 est maintenant accessible

Plan panoramique de la passerelle, vue du côté sud.
La nouvelle passerelle a été inaugurée près d'un an après la date prévue. Photo: Radio-Canada / Bernard Barbeau

La Ville de Longueuil a inauguré jeudi une nouvelle passerelle permettant aux citoyens se déplaçant à pied ou à vélo de franchir la route 132 et d'accéder au parc Marie-Victorin au fleuve Saint-Laurent. Un projet ambitieux, passé de 9 millions à de près de 15 millions de dollars, qui contraste avec les autres structures enjambant la même route sur le territoire de Longueuil, et dont la gestation n'a pas été facile.

Un texte de Bernard Barbeau

Les quelques cyclistes croisés sur place jeudi matin étaient ravis de pouvoir enfin circuler sur l’ouvrage qu’il pouvait voir grandir depuis des mois. « Il était temps! » s’est exclamé l’un d’eux.

La passerelle Normandie aurait effectivement dû être accessible il y a un an.

« Pas sûr qu’on avait besoin de quelque chose d’aussi gros et d’aussi beau, mais ce que ça a donné est l’fun », a lancé une passante.

C’est une passerelle qui a coûté cher et les délais ont été longs, mais je me dis que parfois, un peu de beau, ça fait du bien aussi, pas seulement de l’utile et du nécessaire.

Mario Grenier, du Collectif transport-actif Rive-Sud

« Ils auraient certainement pu en faire une qu’on pourrait qualifier "de base", mais d’avoir un point de vue comme celui-là, notamment avec le belvédère et les passages qui sont assez larges pour pouvoir avoir des rencontres entre les vélos, c’est beaucoup plus intéressant et c’est vraiment un plus », a ajouté M. Grenier

La nouvelle passerelle est dotée d’un belvédère de 19 mètres de haut offrant une vue sur les alentours, notamment sur les eaux du fleuve Saint-Laurent.

La réouverture du passage facilitera assurément la vie de bien des piétons et cyclistes, qui devaient faire un détour depuis près de trois ans. La nouvelle passerelle étant deux fois plus large que l'ancienne, les personnes à mobilité réduite peuvent aussi y accéder facilement.

Elle s'intègre désormais au tracé du Sentier cyclable et pédestre entre Oka et Mont-Saint-Hilaire, un parcours de 143 kilomètres.

Plan panoramique de la passerelle.La nouvelle passerelle est dotée d’un belvédère offrant une vue sur le fleuve Saint-Laurent. Photo : Radio-Canada / Bernard Barbeau

Un chemin semé d'embûches

La Ville avait dû détruire la passerelle Normandie après qu’un camion circulant sur la route 132 avec la benne relevée l’eut gravement endommagée, en février 2015.

L'accident n'avait toutefois pas fait aucun blessé grave.

Le chauffeur, qui s'en était tiré sans accusations criminelles, était employé par l’entreprise Arguy, un sous-traitant d'Environnement routier NRJ qui avait obtenu de la Ville un contrat de déneigement.

Grâce à sa police d'assurance, Arguy a rapidement remis à la Ville de Longueuil près de 775 000 dollars, soit la valeur résiduelle de l'ouvrage datant de 1979, mais rénové quelques mois avant l'accident.

Le hic, c'est que la passerelle Normandie a coûté beaucoup plus cher à reconstruire, notamment en raison de nouvelles normes. Un litige persistait donc au sujet d'une somme de 1,5 million de dollars réclamée par la Ville de Longueuil aux deux entreprises.

En juillet dernier, la Cour supérieure du Québec leur avait ordonné de payer à la municipalité un peu plus de 1,4 million de dollars. Le juge Stéphane Sansfaçon avait souligné que, bien que les deux compagnies se devaient être légalement solidaires dans cette affaire, la « part de responsabilité solidaire » incombant à Arguy était de 100 %.

Le nouveau Code de la sécurité routière prévoit de nouvelles règles pour les camions-bennes. À compter d'avril prochain, ils devront être munis d'un témoin lumineux et d'un avertisseur sonore signalant que la benne n'est pas complètement abaissée.

La passerelle s'est effondrée sur la route 132, à Longueuil, en février 2015.La passerelle s'est effondrée sur la route 132, à Longueuil, en février 2015. Photo : Radio-Canada

La construction de la nouvelle passerelle a pris un an de plus que prévu, notamment parce que le projet a fait l’objet de deux appels d’offres.

Le premier a été annulé parce que les prix proposés excédaient de 5 millions de dollars l’évaluation municipale. Le second n’a permis de réduire la facture que d’environ 1 million de dollars.

Après analyse, la Ville a conclu que la complexité du projet et son caractère unique avaient été sous-évalués.

L’opposition avait justement déploré l’ampleur des travaux prévus. « On aurait été capable de construire trois ou quatre passerelles » pour le même prix, a déclaré en février 2017 le chef de l’opposition officielle d’alors, Robert Myles.

La mairesse Sylvie Parent, qui était sur place jeudi après-midi pour l'inauguration officielle de la structure, a reconnu que « cette magnifique passerelle qui était grandement attendue par nos citoyens » avait coûté cher.

C’est vrai que, quand on est allé en soumission, les prix étaient plus élevés que ce qu’on avait prévu. Mais ce qu’on a dit à l’époque et qui est demeuré, c’est qu’il n’y aura pas de taxation supplémentaire pour les citoyens.

Sylvie Parent, mairesse de Longueuil

La Ville a pu payer une partie des travaux grâce à des subventions totalisant près de 3 millions de dollars qu'elle a obtenues des autres paliers gouvernementaux et grâce à un dédommagement reçu de son assureur, a souligné Mme Parent.

La passerelle vue d'en dessous.La nouvelle passerelle remplace celle que la Ville de Longueuil a dû détruire après qu'elle eut été endommagée par un camion circulant avec la benne relevée. Photo : Radio-Canada / Bernard Barbeau

Avec des informations de Sarah Sanchez

Grand Montréal

Politique municipale