•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillades : plus de policiers communautaires déployés à Toronto

Photo d'une autopatrouille, d'une banderole jaune et de policiers bloquant une rue

Des policiers sur les lieux d'une fusillade survenue en juillet dans le quartier du marché Kensington.

Photo : CBC/Tony Smyth

Radio-Canada

Face à une recrudescence de la violence armée à Toronto au cours des derniers mois, la police lancera lundi un projet pilote de six mois pour s'attaquer au problème et tisser plus de liens dans la communauté.

Le projet pilote consiste à déployer plus de policiers communautaires dans huit quartiers particulièrement à risque de la ville.

Ces agents demeureront dans le même quartier pendant quatre ans.

La mission principale de ces policiers est d’identifier les jeunes à risque et de les aider, explique le chef adjoint de la police Peter Yuen.

Nous voulons humaniser le badge.

Peter Yuen, chef adjoint de la Police de Toronto
Photo d'un homme portant un uniforme de police blanc sur le trottoir Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef de police adjoint Peter Yuen souhaite tisser de meilleurs liens entre son service et les membres de la communauté.

Photo : CBC/Kate McGillivray

La Police de Toronto a un programme communautaire depuis 2013. Il compte près de 100 agents répartis dans une trentaine de quartiers.

Selon la police, l’objectif du projet pilote est d’assurer une présence plus visible et cohérente et d’établir une approche commune pour l’ensemble des policiers communautaires.

Criminalité et collaboration communautaire

Les résultats du projet pilote seront analysés en mars pour voir si le programme bonifié devrait être étendu à d’autres quartiers.

M. Yuen espère voir une baisse des statistiques sur la criminalité, mais aussi une plus grande collaboration entre la police et la communauté. Il donne cet exemple : des parents qui appellent nos agents communautaires à 3 h du matin pour leur dire “mon fils vient de rentrer à la maison et il a une arme à feu”.

Le chef adjoint défend par ailleurs le déploiement de 200 policiers de plus durant l’été, affirmant que l’initiative avait mené notamment à la saisie d’armes à feu.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Crimes et délits