•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La convention des brigadiers de Montréal est signée

Un brigadier scolaire
La nouvelle convention collective vient bonifier le salaire des brigadiers sur l’île de Montréal. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La Ville de Montréal et le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) sont parvenus à trouver un terrain d'entente et à signer la nouvelle convention collective des 600 brigadiers scolaires de l'île.

Un texte de Hadi Hassin

Les brigadiers revendiquaient depuis le début des négociations, il y a plus de deux ans, de meilleures conditions de travail. La rémunération, les congés de maladie et les congés mobiles figuraient parmi les points en litige.

L'entente, d’une durée de cinq ans, qui expirera le 31 décembre 2020, vient entre autres bonifier le salaire horaire des brigadiers, qui passe de 16,14 $ à 17,89 $ dès maintenant, et qui s'élèvera à 19 $ en 2020.

Les brigadiers auront droit à 15 journées pédagogiques payées plutôt que sept journées et demie, comme le voulait l'ancienne convention.

En revanche, on dénote une baisse du nombre d'heures de congés de maladie, qui passe de 40 à 32 par année.

Malgré cela, Diane Girard, présidente du syndicat des brigadiers scolaires de la Ville de Montréal, voit d'un bon oeil la nouvelle convention. « On aura gagné des choses ailleurs, ce qui fait que cette perte est un peu moins grave », dit-elle.

La Ville de Montréal, pour sa part, estime que « des gains ont été faits de part et d'autre » et que la nouvelle convention collective lui permet de respecter son cadre financier.

Malgré un contexte budgétaire difficile, nous avons réussi à conclure un accord avantageux pour les deux parties.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Sans convention collective depuis le 31 décembre 2015, les brigadiers scolaires de l'île de Montréal avaient rejeté en mai dernier l'offre patronale dans une proportion de 92 %.

Puis à la fin du même mois, ils avaient entériné à 83 % l'entente de principe intervenue quant au renouvellement de leur convention.

En novembre 2017, ils s'étaient dotés d'un mandat de grève, mais n'avaient finalement pas jugé bon de l'exercer.

Davantage de brigadiers scolaires

Par ailleurs, l’importante augmentation du nombre d’élèves a conduit mardi le Conseil des commissaires de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) à adopter une résolution portant sur le nombre de brigadiers.

La résolution vient donner à la présidente de la CSDM, Catherine Harel Bourdon, le mandat d'exprimer auprès de la Ville de Montréal et du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) son souhait d'améliorer la sécurité autour des écoles, particulièrement en augmentant le nombre de brigadiers aux traverses sécurisées.

Les brigadiers scolaires sont sous la responsabilité du SPVM.

« Nous constatons, depuis 10 ans, une augmentation de près de 10 000 élèves », a indiqué Marie-José Mastromonaco, commissaire scolaire de Notre-Dame-de-Grâce-Westmount et vice-présidente de la CSDM.

Grand Montréal

Politique municipale