•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec solidaire et le Parti québécois s'attaquent maintenant à la CAQ

Manon Massé est en point de presse devant le métro Berri-UQAM à Montréal.
Pour une rare fois, Manon Massé s'en est prise directement à François Legault. Photo: Radio-Canada / Jérôme Turmel
Radio-Canada

À quelques jours du scrutin, Jean-François Lisée change de cible, assignant désormais le rôle de meilleur ennemi à François Legault plutôt qu'à Manon Massé. Une stratégie que cette dernière a également adoptée en attaquant de front, pour une rare fois, le chef de la Coalition avenir Québec, qui est favori dans les sondages.

Depuis le troisième débat des chefs, le chef du Parti québécois s'était montré incisif à l'égard de la co-porte-parole de Québec solidaire. Admettant la « progression » dans les sondages de la formation politique de gauche, il n'avait pas hésité à affirmer que le parti avait un programme et un chef cachés, qu'il manipulait les électeurs et que ses promesses étaient irréalistes.

Or, en point de presse jeudi, M. Lisée semblait plus réticent à critiquer Manon Massé de front, affirmant qu'il était « plus inquiet de la CAQ que de Québec solidaire ».

Les journalistes ont tendu de nombreuses perches au chef péquiste, qui a refusé de les saisir, évoquant plutôt une collaboration possible avec QS sur certains dossiers, en fonction du contexte à l'Assemblée nationale, soit l'élection d'un gouvernement minoritaire ou majoritaire et l'adoption d'une réforme du mode de scrutin.

Jean-François Lisée est en point de presse au métro Longueuil avec des candidats.Jean-François Lisée a écorché François Legault en point de presse jeudi, préférant délaisser ses attaques contre Manon Massé. Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

« C'est aux électeurs de décider » de la crédibilité de Mme Massé comme chef de parti et comme candidate au poste de première ministre, a-t-il dit, refusant d'endosser les propos de l'ancien chef du Bloc québécois Gilles Duceppe, qui s'est notamment moqué du niveau de langage de la co-porte-parole de Québec solidaire.

« M. Legault, c'est extraordinaire le nombre de tests de crédibilité qu'il a échoués pendant cette campagne, a-t-il poursuivi. Sur l'immigration, qui est sa question phare, il ne savait pas comment ça fonctionnait. Sur l'éducation, il ne savait même pas que les maternelles 4 ans en Ontario n'avaient eu aucun impact. »

Je suis plus frappé par l'absence de crédibilité de M. Legault que par celle de Mme Massé.

Jean-François Lisée, chef du PQ

« Je ne personnalise pas. C'est le programme qui n'est pas crédible, c'est le cadre financier qui n'est pas crédible », a-t-il ajouté en parlant de Québec solidaire, mais refusant toutefois de dire si le parti était une formation radicale, selon lui.

Legault attaqué sur le front environnemental

De son côté, la co-porte-parole de QS s'est elle aussi attaquée au chef de la CAQ en évoquant notamment le programme environnemental du parti.

Selon elle, l’enjeu clé du scrutin de lundi sera la lutte contre les changements climatiques. « C’est la question qui devrait faire en sorte que les Québécois mettent leur X à un endroit plutôt qu’à l’autre », a-t-elle ajouté, en profitant, par la même occasion, pour accuser la CAQ de ne pas se soucier de cet enjeu.

« La CAQ n’a rien dans son programme, dans sa plateforme, dans son cadre financier pour lutter contre les changements climatiques, a précisé Mme Massé. C’est problématique, c’est dangereux, ce n’est pas acceptable. »

Elle a soutenu que seul son parti pourrait jouer un rôle de « bouclier » face à la CAQ qui semble avoir le vent dans les voiles. « Québec solidaire est le seul bouclier, le seul qui a un plan clair et qui sait où il s’en va en matière de lutte contre les changements climatiques », estime Manon Massé.

Elle a ensuite attaqué directement M. Legault, affirmant qu’il « ne veut pas protéger l’environnement ». « Je me demande même, vous pourrez lui poser la question : est-ce qu’il croit aux changements climatiques? », s’est-elle interrogée.

Ce qu’il veut, c’est gagner des votes, prendre le pouvoir, exactement comme nous habituent les anciens partis politiques.

Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

Le PQ n’a pas le monopole de l'héritage de René Lévesque

La co-porte-parole solidaire a tout de même pris le temps de répondre à Jean-François Lisée, qui n’a pas digéré, la veille, qu'elle se réclame de l’héritage du fondateur du PQ René Lévesque et l’a accusée d’insulter sa mémoire. Manon Massé a répliqué que M. Lévesque avait « inspiré tout un peuple, et j’en suis ».

« Cet homme-là n’appartient pas à personne. Il appartient à notre histoire », a-t-elle fait valoir.

Mercredi soir, le chef du Parti québécois avait soutenu que René Lévesque « détestait le radicalisme » et qu’il était « le contraire de Québec solidaire », à qui il en veut visiblement de ne pas avoir accepté, en mai 2017, un rapprochement avec le Parti québécois.

L'opinion de Jean-François Lisée a été corroborée jeudi matin dans une lettre ouverte obtenue par La Presse canadienne et signée par plusieurs anciens compagnons d'armes de René Lévesque, soit François Gendron, Lucien Lessard, Denis Vaugeois, Guy Chevrette, Jacques Léonard, Jean-Roch Boivin et Louis Bernard.

Ils se disent insultés de constater que Mme Massé a osé comparer Québec solidaire au Parti québécois de René Lévesque et à son parcours. Ils parlent même d'un « détournement éhonté de la mémoire de [leur] ancien chef ».

« René Lévesque nous a appris la franchise, l'honnêteté et l'éthique. Il exécrait le mensonge et la manipulation. Son verdict sur QS serait le même que celui sur les gauchistes qu'il a connus toute sa vie durant : en refusant les compromis nécessaires à la marche du progrès, ils font le jeu du statu quo », ont écrit les signataires de la missive.

Politique provinciale

Politique