•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les muffins au pot permis après les cours à l'Université Laval

Entrée du campus de l'Université Laval
Entrée du campus de l'Université Laval Photo: Radio-Canada / Marc-André Turgeon
Radio-Canada

L'Université Laval assouplit sa politique sur le cannabis et permettra la consommation de la susbtance, mais sans fumée, à l'extérieur des heures de cours. Muffins, brownies et autres bonbons à la marijuana seront donc tolérés.

Un texte de David Rémillard

La version finale de la politique sur le cannabis a été adoptée, mercredi soir, par le conseil d'administration de l'Université Laval.

La majorité du document, tel que présenté une première fois début septembre, est maintenu.

Des modifications de dernière minute ont cependant été adoptées. La plus importante concerne la consommation par les étudiants sur le campus, mais en dehors des activités universitaires (cours, recherche).

Activités sociales

Les membres de la communauté étudiante pourront finalement consommer du cannabis sous d'autres formes que la fumée, comme les muffins, lors « d'activités sociales étudiantes ».

Si une fête a lieu dans un bâtiment du campus, par exemple, les services de sécurité n'interviendront pas s'ils voient un étudiant ingurgiter une friandise au cannabis.

« On ne les embêtera pas s'ils consomment et si leur comportement est tout à fait légal », indique Lyne Bouchard, vice-rectrice aux ressources humaines de l'université et responsable de la politique sur le cannabis.

L'interdiction de consommation demeure, ça c'est clair. Il y a une tolérance que l'on fait, après les heures de cours, en fin de soirée.

.Lyne Bouchard, vice-rectrice aux ressources humaines de l'Université Laval

La modification a été apportée au terme des consultations tenues du 6 au 18 septembre auprès de la communauté universitaire.

Demande des associations étudiantes

La demande est venue des associations étudiantes, qui souhaitaient rappeler à la direction que le campus est, pour plusieurs étudiants, un milieu de vie une fois les cours terminés.

« Les étudiants disaient : ''Mais rendu à 22h30, quand on est entre nous, entre adultes, c'est légal. On fait nos affaires, on n'est pas en train d'étudier, de travailler, on n'est pas dans un laboratoire. Vous ne pouvez pas contrôler la consommation de cannabis, donc c'est utopique de penser l'interdire''. Les étudiants ont un peu raison », a condédé Mme Bouchard.

Au départ, la politique prévoyait interdire complètement la consommation à l'exception des résidences universitaires, mais toujours sans inhalation.

Mathieu Montégiani, président de la Confédération des associations étudiantes de l'Université Laval (CADEUL), explique que son organisation voulait surtout que l'Université Laval se dote d'une politique qui soit applicable.

On sait déjà qu'il y a de la consommation sur le campus alors que la susbstance est présentement illégale. Donc de complètement interdire la consommation peu importe la forme que ça prendrait, on touvait que ça ne semblait pas applicable.

Mathieu Montégiani, président de la CADEUL

À son avis, interdire la consommation mur à mur, y compris lors des fêtes et dans des contextes hors des activités scolaires, aurait pu mener à diverses contestations.

M. Montégiani a pris soin de saluer l'écoute de la direction dans l'élaboration de sa politique.

La CADEUL participera à diverses campagnes de sensibilisation pour une consommation responsable du cannabis.

La consommation de cannabis sera légale à compter du 17 octobre au Canada.

Québec

Société