•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ réduirait de 60 % les tarifs de transport en commun hors pointe

Le chef du Parti québécois Jean-François Lisée
Le PQ a présenté le 3e volet de son Grand Déblocage en vue de réduire la circulation automobile. Photo: Radio-Canada / Julie Marceau
Radio-Canada

S'il forme le prochain gouvernement le 1er octobre, le Parti québécois promet de diminuer de 60 % les tarifs de transport en commun en dehors des heures de pointe pour tous les usagers du Québec.

Un texte de Julie Marceau

Cette mesure favoriserait, selon le parti, un transfert modal de l’auto vers les transports collectifs et permettrait à quelque 800 000 usagers d’épargner jusqu’à 190 $ par année.

Ce rabais serait appliqué dans toutes les sociétés de transport en commun du Québec qui le souhaiteraient.

« Dans tout le Québec, à Montréal, à Longueuil, à Laval, à Saint-Hyacinthe, à Québec, partout où il y a du transport en commun, on va leur offrir de financer une réduction de 60 % du coût de transport hors pointe », a déclaré jeudi Jean-François Lisée, à la station de métro Longueuil-Université de Sherbrooke.

Le parti croit qu’il faut éviter, à court terme, de surcharger les services de transport en commun durant les heures les plus achalandées.

« C’est d’attirer les usagers là où les places sont vides », a précisé le chef péquiste. « On pense qu’on va avoir un déplacement de la pointe vers le hors-pointe […] une attraction de gens qui ne prenaient pas le transport en commun qui le prendront notamment les fins de semaine », a ajouté le chef péquiste.

Si votre billet est de 3 $ en ce moment, il sera de 1 $.

Jean-François Lisée, chef du PQ

Cette promesse serait financée à même les programmes du Fonds vert, selon ce qui est prévu dans le cadre financier du PQ.

Rappelons que le PQ a annoncé la semaine dernière qu’il ajouterait 10 milliards de dollars au Plan québécois des infrastructures (PQI) sur 10 ans, dont 2,3 milliards en éducation. Au total, 4 milliards de dollars serviraient à bonifier l'enveloppe destinée au transport collectif.

Il s’agit du troisième volet du Grand Déblocage proposé par le PQ. Lorsque le parti a annoncé son projet, cet hiver, il avait précisé que deux autres volets viendraient le compléter. Le deuxième, annoncé durant la campagne, porte sur le covoiturage.

« Un peu improvisé », juge Massé

Manon Massé, la co-porte-parole de Québec solidaire, a toutefois semblé peu convaincue par la stratégie péquiste, qui « arrive tard en campagne » et qui semble « difficilement gérable ».

« On est à quatre jours de la fin, a-t-elle rappelé. Lorsqu'il a présenté son Grand Déblocage, il n'y a pas fait allusion. Ça a l'air de quelque chose d'un peu improvisé. J'ai regardé son cadre financier et je n'ai pas vu ça. »

« Moi, j'ai ma carte mensuelle, a-t-elle expliqué. Comment je vais faire pour savoir quand c'est moins cher [...] avec ma carte que je paye au complet? [...] Peut-être que ça témoigne que M. Lisée ne prend pas le métro très souvent. »

Politique provinciale

Politique