•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois propositions pour réaménager le secteur de la Grande Place

L'architecte et associé principal de firme Sid Lee de Montréal, Martin Leblanc.

L'architecte et associé principal de firme Sid Lee de Montréal, Martin Leblanc, a présenté trois aménagements possibles du secteur de la Grande Place, en accord avec Réseau sélection et l'Association des propriétaires riverains.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Radio-Canada

Une firme d'architecture a présenté au public mercredi soir trois aménagements possibles pour le secteur de la Grande Place à Rimouski. Les propositions ont généralement été bien reçues par les résidents.

Un texte d’Édith Drouin

La ville balnéaire

La première option proposée par la firme Sid Lee a surtout pour but de densifier le secteur entre l’avenue Belzile et l’avenue de la cathédrale pour offrir plus de services aux résidents tout en mettant l'accent sur la proximité du fleuve.

Elle comprendrait des bâtiments plus en hauteur, des commerces liés au bien-être, comme une épicerie, une patinoire, des équipements extérieurs pour faire de l’exercice et des stationnements souterrains.

plan de réaménagement de la Grande Place

La première option de réaménagement pour la Grande Place se nomme « la ville balnéaire ».

Photo : Radio-Canada / Édith Drouin

Dans ce scénario, l’ancien centre commercial deviendrait un bâtiment résidentiel. Le stationnement situé à l’ouest de la Grande Place serait quant à lui remplacé par une place publique et un bâtiment résidentiel et commercial.

Le village culturel

Le deuxième scénario propose un secteur qui met l’accent sur la gastronomie, la culture et les activités événementielles.

Un plan de réaménagement de la Grande Place

La deuxième option pour le réaménagement de la Grande Place se nomme « Le village culturel ».

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

L’ancien centre commercial serait remplacé par des condos, tandis que le stationnement le bordant deviendrait un espace public avec des aménagements comme une scène, un bar, un café et un restaurant ou un marché.

Certains stationnements seraient en surface, mais la plupart seraient souterrains.

Le parcours d’éveil maritime

La troisième et dernière option mise plutôt sur le tourisme. Elle vise à développer l’offre récréotouristique qui met en valeur le fleuve. La firme d’architecture parle entre autres d’un parcours ludique pour les touristes.

Plan de réaménagement de la Grande Place

La troisième option pour le réaménagement de la Grande Place se nomme « le parcours d'éveil maritime ».

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

L’immeuble de la Grande Place serait remplacé par un immeuble résidentiel et le stationnement avoisinant deviendrait une grande place publique.

Les stationnements seraient également souterrains.

La Grande Place enfin démolie

Dans les trois cas, le bâtiment de la Grande Place serait démoli. Sa démolition se fera d’ailleurs au plus tard au printemps 2019, selon le maire de Rimouski, Marc Parent.

Ancien centre commercial la Grande Place à Rimouski

Ancien centre commercial la Grande Place à Rimouski

Photo : Radio-Canada

Selon Martin Leblanc, associé principal chez Sid Lee Architecture, le scénario un et trois seraient les plus rapides à mettre en place. Il estime que les projets pourraient se concrétiser en l’espace de deux ans.

L’option deux, qui doit se développer plus organiquement, prendrait plus de temps.

Stationnements, vue sur le fleuve et rétrécissement du boulevard

Si plusieurs résidents se sont présentés au micro pour suggérer certaines modifications, la plupart ont semblé ravis par les options qui leur ont été présentées.

Marie-Claire Gagnon, qui travaille dans des bureaux de la Grande Place depuis 40 ans, aime les idées qui sont mises de l’avant dans les différents scénarios et espère que les projets se concrétiseront rapidement pour qu’elle puisse en profiter.

« La valeur maritime va être mise à l’avant du projet et ça va être des belles infrastructures avec des toits verts, beaucoup d’insertion de nouvelles constructions, de nouveaux commerces, beaucoup de récréotouristiques pour attirer des gens à Rimouski », explique-t-elle.

Des résidents assistent à la présentation.

Plus d'une centaine de résidents ont assisté à la présentation de la firme d'architecture.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Le propriétaire riverain Denis Saint-Amand s’est dit satisfait que la firme d’architecture ait respecté les demandes des résidents du secteur.

Ils ont vraiment tenu compte de la première rencontre qui a eu lieu, donc ils ont retenu massivement les problèmes de stationnements et ils ont l’air de vouloir prendre au sérieux la visibilité, le respect de la vue des gens qui sont-là.

Denis Saint-Amand

Le respect de la vue des résidents du secteur n’est toutefois pas respecté dans tous les scénarios, selon le copropriétaire de l’hôtel St-Germain. Seul le troisième scénario permettrait à tout le monde de conserver sa vue sur le fleuve.

Il exprime aussi des réserves sur l’ajout de locaux commerciaux que propose la première option.

C’est extrêmement difficile actuellement de louer des locaux commerciaux, alors je ne pense pas que c’est une bonne idée de rajouter des nouveaux locaux commerciaux.

Adam Dumais, copropriétaire de l’hôtel le Saint-Germain

Des résidents ont aussi exprimé leur volonté à réduire la largeur du boulevard en bordure du fleuve pour laisser plus de place aux aménagements urbains.

Ils ont notamment proposé de limiter l’artère à deux voies dans chaque direction, une idée que l’architecte Martin Leblanc qualifie d’excellente.

À l’époque où on est, favoriser l’usage piéton des rues, surtout dans ce cas-ci, à proximité du fleuve, à l’entrée du centre culturel, du centre-ville, je trouve que c’est une excellente idée.

Martin Leblanc, associé principal chez Sid Lee Architecture

Certains citoyens ont aussi souligné l’importance de permettre la construction de résidences intergénérationnelles dans le secteur pour qu’il ne soit pas occupé uniquement par les personnes âgées.

Les Rimouskois ont jusqu’au 19 octobre pour faire parvenir leurs commentaires à la Ville.

Bas-Saint-Laurent

Infrastructures