•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta imposera un code de conduite à ses scientifiques

Shannon Phillips s'adresse aux médias à Calgary.

La ministre de l'Environnement de l'Alberta, Shannon Phillips, dit s'inspirer de la pratique du gouvernement fédéral, qui permet à ses scientifiques de faire connaître leurs recherches avec le public.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les scientifiques qui travaillent pour le gouvernement albertain seront soumis à un code de conduite, a annoncé la ministre de l'Environnement et des Parcs, Shannon Phillips, lors du Sommet sur le climat à Calgary.

Mme Phillips a mis de l’avant cette mesure mercredi après avoir attaqué les politiciens conservateurs qui ne croient pas aux changements climatiques et ignorent les faits dans leur prise de décision, selon elle.

Ce code de conduite protégerait les scientifiques, leurs superviseurs et leurs gestionnaires travaillant pour le ministère de l’Environnement et des Parcs de l’Alberta contre toute interférence politique et leur permettrait de faire connaître leur travail au public.

Le bureau du Conseiller scientifique en chef de l’Alberta en supervisera l’implantation.

Nous allons établir un précédent : toute information récoltée par le gouvernement devra satisfaire aux standards éthiques et scientifiques les plus rigoureux.

Shannon Phillips, ministre de l'Environnement et des Parcs de l'Alberta

Sara Hastings-Simon, gestionnaire du programme d’économie verte de l’Alberta à l’Institut Pembina, qui a organisé le Sommet sur le climat, pense qu’il s’agit d’une bonne idée. Elle rappelle qu’il est primordial de prendre des décisions basées sur des faits prouvés scientifiquement.

« Pour comprendre le monde qui change autour de nous, nous devons comprendre la science qui le sous-tend, donc, s’assurer que les scientifiques pourront continuer à effectuer leur travail et faire part de leurs recherches est une clé du succès pour la province », affirme-t-elle.

Se protéger de l’influence des politiciens

Cette annonce survient alors que la ministre de l’Environnement a défendu le plan climatique de l'Alberta et affirmé que le Parti conservateur uni l’abolirait s’il était élu. Un tel geste minerait la confiance et les investissements dans les énergies renouvelables, un secteur en pleine ébullition, selon elle.

« Nous ne devons pas laisser ce genre d’instabilité réduire notre croissance économique, au moment où l’Alberta sort d’une récession », a ajouté Shannon Phillips.

L’influence politique est toutefois aussi au coeur de ses préoccupations, particulièrement l’influence de ceux qui nient les changements climatiques. « Lorsque je vois des attaques contre la science et la raison, je ne peux pas rester à ne rien faire, a affirmé la ministre. Ça ne peut pas désormais être la réalité. La réalité n’est pas subjective. La vérité est soutenue par les faits. »

Avec les informations de Nelly Albérola et Colleen Underwood (CBC News)

Alberta

Politique provinciale