•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« J’ai fini de me faire manger la laine sur le dos », dit Philippe Couillard

Chargement de l’image

« Le problème, dans le monde médiatique dans lequel on vit, c'est que si on ne répond pas, c'est comme si on confirmait » les attaques, a dit Philippe Couillard, excédé par les propos de François Legault.

Photo : Radio-Canada / Dany Pilote

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le chef du Parti libéral a décidé de changer de ton mercredi en affirmant qu'il rendrait désormais coup pour coup les attaques lancées par son adversaire de la Coalition avenir Québec. « J'ai fini de me faire manger la laine sur le dos », a averti Philippe Couillard à plusieurs reprises, une attitude qui tranche avec la réserve qu'il affichait depuis le début de la campagne électorale.

Un texte de Joëlle Girard

M. Couillard a lui-même convoqué les journalistes à une mêlée de presse, en début d’après-midi, afin de réagir aux propos tenus par François Legault en matinée. Ce dernier lui a notamment demandé de s’excuser pour la nomination de Pietro Perrino comme haut fonctionnaire.

M. Perrino a été associé à l’homme d’affaires controversé Luigi Coretti, ancien président de l’agence de sécurité BCIA, accusé de fraude en 2012. Son procès devait se tenir cette année, mais les délais trop longs en ont forcé l’abandon. Les deux hommes auraient été impliqués ensemble dans un Fonds d’intervention économique régional (FIER) qui aurait utilisé l’argent offert par le gouvernement à d’autres fins.

Mercredi matin, François Legault a soutenu que Philippe Couillard n’aurait jamais dû nommer M. Perrino comme secrétaire général associé au ministère du Conseil exécutif. Depuis, ce dernier a été muté pour un an à la Société québécoise du cannabis (SQDC).

« Je demande à Philippe Couillard de s’excuser, a-t-il dit. […] Moi, je préfère, si c’est nécessaire, négocier ou voir si on le met, comme on dit dans le jargon, sur une tablette, mais on ne donnera pas de responsabilité à Pietro Perrino. »

Cette controverse a fait surface mercredi matin en raison d’un article du Journal de Montréal qui affirme que Guy Ouellette, député sortant et candidat libéral de Chomedey, aurait dénoncé la nomination de M. Perrino en envoyant, à la fin 2016, des courriels à des députés de la CAQ qui faisaient un lien entre MM. Perrino et Coretti.

M. Couillard n'a pas voulu commenter ces informations concernant Guy Ouellette; il a plutôt choisi l'offensive contre les déclarations subséquentes de son adversaire caquiste. « Je dois réagir quand les attaques sont faites, qu’elles soient voilées ou non », a-t-il déclaré, rappelant qu'il avait été questionné en décembre 2016 par François Legault à ce sujet et qu'à l'époque, le vérificateur général avait blanchi M. Perrino.

Les liens avec Charles Sirois

Dans cette logique de culpabilité par association, M. Couillard a donc évoqué, comme les libéraux l'avaient fait en 2016, les liens entre Charles Sirois, cofondateur de la CAQ, et la controverse du programme FIER (Fonds d'intervention économique régionale). Des apparences de conflit d'intérêts avaient été évoquées en 2009 dans trois FIER administrés par M. Sirois, qui avaient investi dans une de ses entreprises.

« Je sers à M. Legault sa propre médecine. »

— Une citation de  Philippe Couillard, chef du Parti libéral

« [François Legault] voudrait écarter M. Perrino de la fonction publique? Que va-t-il faire pour son partenaire d’affaires [Charles Sirois]? », a demandé Philippe Couillard.

François Legault s'est défendu en affirmant qu'à l'époque des FIER, il ne connaissait pas Charles Sirois. « M. Couillard répond que lors du scandale des FIER, moi je n'avais pas posé de questions à Charles Sirois parce que c'était mon ami. Eh bien, j'ai des petites nouvelles pour Philippe Couillard, à l'époque je ne connaissais pas Charles Sirois, donc M. Couillard est vraiment mêlé dans ses dates. [...] Charles Sirois est devenu mon ami plusieurs années après le scandale des FIER. »

Le scandale des FIER a alimenté les débats à l'Assemblée nationale en 2009, soit seulement deux ans, et non « plusieurs années », avant le lancement de la Coalition pour l'avenir du Québec par MM. Legault et Sirois en 2011, qui allait par la suite se constituer en un parti politique, la Coalition avenir Québec, au printemps 2012.

Dans un rapport publié en 2009, le vérificateur général a noté des irrégularités dans l'administration des FIER, mais n'a pas trouvé de conflits d'intérêts cachés.

Le chef libéral a par ailleurs évoqué un lien entre le refus de la CAQ de prendre position contre l’accaparement des terres agricoles par des fonds d’investissement et le fait que Charles Sirois soit l’un des fondateurs de la société Pangea, qui œuvre dans ce domaine.

« Voyez les petits amis de la CAQ, où ils sont et quelle influence ça peut avoir sur les décisions que la CAQ prend. Pourquoi ils ont décidé de ne prendre aucun engagement sur l’accaparement des terres? Je pense que la question peut se poser. »

Plainte contre Legault à l’Ordre des comptables

La veille, François Legault a laissé entendre que Philippe Couillard avait possiblement des avoirs à l’étranger puisque son bilan financier indique qu’il a des impôts latents à payer. « Des impôts latents, c’est des impôts qui seront éventuellement payés quand de l’argent va être rapatrié d’un autre pays », avait déclaré le chef caquiste.

Des propos « indignes » et « inacceptables » rapidement dénoncés par le chef libéral, qui indique plutôt que ces montants sont liés à l'estimation de l'impôt qu'il devrait payer s'il liquidait ses actifs.

Le député sortant et candidat libéral dans la circonscription lavalloise de Sainte-Rose, Jean Habel, a demandé mercredi à l’Ordre des comptables professionnels agréés (CPA) du Québec d’ouvrir une enquête sur ces allégations de François Legault, qui est comptable agréé de formation. C’est l’organisation du Parti libéral qui a fait parvenir aux journalistes la lettre envoyée au Bureau du syndic du CPA par M. Habel.

Lui-même membre de l’Ordre, il estime que M. Legault a contrevenu au code de déontologie en tenant des propos qui pourraient induire le public en erreur sur des notions comptables.

Philippe Couillard affirme que cette plainte est strictement l’initiative de son député sortant. « Je n’ai pas demandé [à déposer une plainte], s’est-il défendu. Il y a beaucoup de comptables qui sont entrés en contact avec nous et qui ont été très surpris de voir M. Legault ne pas être au courant […] qu’il s’agit d’une norme de comptabilité habituelle. »

François Legault a également réagi à cette plainte en évoquant une « triste fin » pour le régime libéral.

« Une chance que le ridicule ne tue pas parce qu'après François Blais qui s’est fait retourner comme une crêpe, M. Habel va se faire retourner deux fois comme une crêpe. »

— Une citation de  François Legault, chef de la CAQ

Les résultats s'annoncent serrés dans la circonscription de Sainte-Rose à Laval, où la CAQ pense pouvoir effectuer une percée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !