•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boussole électorale : les circonscriptions les plus divisées

Boussole électorale : des circonscription polarisées

Les données de la Boussole électorale montrent que les trois circonscriptions québécoises les plus polarisées sur les questions socio-économiques sont celles dans lesquelles on trouve une grande mixité sociale. Explications.

Un texte d’Elisa Serret

En tête de liste des circonscriptions provinciales les plus divisées selon les utilisateurs de la Boussole électorale : Saint-Henri–Sainte-Anne, Verdun et Pontiac.

Une carte électorale montrant l'emplacement des circonscriptions de Saint-Henri-Sainte-Anne et de Verdun.Les circonscriptions de Saint-Henri-Sainte-Anne et de Verdun, sur l'île de Montréal, sont parmi les plus divisées sur l'échiquier politique. Photo : Radio-Canada

Le territoire de la circonscription de Saint-Henri–Sainte-Anne est pour une partie au centre-ville de Montréal et pour l’autre dans Saint-Henri. Donc, à mi-chemin entre un quartier moins nanti et un autre beaucoup plus riche.

La circonscription de Verdun, elle, comprend L’Île-des-Soeurs, un quartier montréalais avec une multitude de tours à condominium, un portrait bien différent du reste de la circonscription.

Saint-Henri-Sainte-Anne et Verdun sont aussi des endroits où l’on observe depuis quelques années déjà de l'embourgeoisement. Ce qui explique la mixité sociale et, par ricochet, selon les experts de la Boussole électorale, des divergences d’opinions.

Une carte électorale montrant l'emplacement de la circonscription de Pontiac.La circonscription de Pontiac dans l'ouest québécois est à la fois rurale et urbaine. Photo : Radio-Canada

Quant à la circonscription de Pontiac, le territoire est partagé entre une grande partie rurale et une autre très près d’Ottawa et de Gatineau. Il y a certainement un bon nombre de fonctionnaires qui gagnent un salaire plus élevé dans le sud de la circonscription que ceux qui habitent la portion plus rurale.

Une carte électorale montrant l'emplacement des circonscriptions de Robert-Baldwin, Westmount-Saint-Louis et Notre-Dame-de-Grâce.
Les circonscriptions de Robert-Baldwin, Westmount-Saint-Louis et Notre-Dame-de-Grâce, sur l'île de Montréal, sont les plus polarisées sur le plan identitaire. Photo : Radio-Canada

Les données de la Boussole électorale permettent aussi de remarquer une polarisation sur les questions identitaires, notamment dans des circonscriptions comme Robert-Baldwin, Westmount–Saint-Louis et Notre-Dame-de-Grâce, toutes trois sur l’île de Montréal. Des territoires où l’on retrouve une forte population anglophone, dont les points de vue sur les questions identitaires diffèrent de ceux des répondants francophones.

Des endroits moins divisés

Si certaines circonscriptions sont plus polarisées que d’autres, il existe des endroits où les différences entre voisins sont moins marquées. Les données de la Boussole électorale permettent de constater qu’il y a très peu de polarisation sur les questions socio-économiques dans les circonscriptions détenues par le Parti québécois. Le profil socio-économique de ces circonscriptions, souvent en région, est plus homogène et l’écart entre les opinions est moindre.

Autre tendance à noter : il y a un fort consensus sur les questions identitaires dans les circonscriptions détenues par la Coalition avenir Québec.

Sans parler d’extrême droite ou d’extrême gauche, les données de la Boussole permettent de voir où se situent les répondants dans les circonscriptions sur l’axe politique.

Les circonscriptions du Québec placées sur l’échiquier politique. La couleur du point indique quel parti détenait la circonscription avant la dissolution de l'Assemblée nationale. Photo : Radio-Canada / Vox Pop Labs

À gauche : Québec solidaire

La circonscription qui se retrouve le plus à gauche est celle de Gouin sur l’île de Montréal, suivie de sa voisine, celle de Mercier. Ce sont deux circonscriptions actuellement détenues par Québec solidaire. Suivies par les circonscriptions d’Hochelaga-Maisonneuve, Laurier-Dorion, Taschereau. Des circonscriptions actuellement détenues par le Parti québécois et le Parti libéral, mais que Québec solidaire a en point de mire.

À droite : la Coalition avenir Québec

Des six circonscriptions où les répondants sont un peu plus à droite, trois sont actuellement détenues par la Coalition avenir Québec (Beauce-Nord, La Peltrie et Chutes-de-la-Chaudière) et les trois autres sont représentées par les libéraux (Beauce-Sud, Bellechasse et Chauveau). Selon les données compilées, les valeurs des répondants des circonscriptions de Beauce-Sud et de Bellechasse s’approchent des valeurs caquistes. La CAQ espère faire des gains dans ces circonscriptions qui sont des fiefs conservateurs au fédéral.

Méthodologie

Créée par une équipe de politologues et de statisticiens de Vox Pop Labs, la Boussole électorale est un outil de mobilisation civique présenté en exclusivité par Radio-Canada/CBC. Les informations présentées reposent sur les réponses de 175 065 répondants ayant participé à la Boussole électorale entre le 24 août et le 24 septembre 2018.

La Boussole électorale n’est pas un sondage. Ce qui la différencie du sondage classique, c’est que, dans ce dernier, les sondeurs choisissent les participants. Dans le cas de la Boussole, la participation est entièrement volontaire. Il se peut donc que l'échantillonnage soit moins représentatif. L'entreprise créatrice de la Boussole électorale s’assure donc de pondérer les données avec les chiffres du dernier recensement de Statistique Canada. Ce qui permet d’avoir un échantillonnage plus représentatif du portrait sociodémographique du Québec.

Et ne vous inquiétez pas : vos réponses restent confidentielles. Il n’y a aucun moyen de découvrir votre identité.

Politique provinciale

Politique