•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faire front commun pour lutter contre le suicide

Des personnes en discussions autour de plusieurs tables rondes dans une salle.

Plusieurs personnes provenant de divers organismes se sont réunies à l'Université Laurentienne pour discuter du suicide chez les jeunes.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Radio-Canada

Plus d'une centaine d'intervenants en santé mentale et services sociaux se sont réunis à Sudbury pour réfléchir à une stratégie commune de lutte contre le suicide chez les jeunes.

Un texte de Bienvenu Senga

Le directeur des services cliniques et aux clients au Centre de l’enfant et de la famille, Paul Jalbert, dit avoir l’impression que les organismes qui offrent des services de soutien aux personnes vulnérables font souvent cavalier seul.

Se rassembler permet une coordination de nos efforts pour arriver à de meilleures stratégies pour l’intervention, des stratégies qu’on ne pourrait pas mettre en place si on travaillait de manière individuelle comme organisation.

Paul Jalbert, directeur des services cliniques et aux clients au Centre de l’enfant et de la famille
Portrait d'un homme dans un corridor.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Paul Jalbert, directeur des services cliniques et aux clients au Centre de l’enfant et de la famille

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

La gérante de la branche sudburoise de l’Association canadienne pour la santé mentale, Suzanne Tassé, abonde dans le même sens. Elle estime qu’une collaboration plus poussée entre les organismes s’impose.

On a tous un système séparé, comme les services d’éducation, les ministères. On est pris avec ce qu’on a et cela rend difficile l’accès aux services pour les gens. C’est une barrière pour avoir une discussion tous ensemble, déclare-t-elle.

Développer une stratégie ciblant particulièrement les jeunes est une nécessité, ajoute-t-elle.

Portrait du visage d'une femme.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Suzanne Tassé, gérante à l’Association canadienne pour la santé mentale à Sudbury.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Il n’y a pas un âge spécifique pour le suicide, ça touche toutes les générations. Mais si on entame une discussion pour la prévention auprès des jeunes, peut-être qu’on peut commencer à changer le dialogue pour les autres aussi.

Suzanne Tassé, gérante à l’Association canadienne pour la santé mentale

Selon les données de l’Institute for Clinical Evaluative Sciences, le taux du suicide dans le Nord-Est de l’Ontario a augmenté de plus de 80 % depuis l’année 2009.

De plus, en 2015, le taux de suicide dans la zone que couvre le Réseau local d’intégration des services de santé (RLISS) du nord-ouest de la province était six fois plus élevé que dans les autres RLISS ontariens.

Tenir compte de la diversité

Les participants s’entendent tous pour dire que davantage d’efforts doivent être fournis notamment au niveau de l’éducation et du suivi des patients souffrant de problèmes de santé mentale pour réduire les cas de suicide.

Pour Shana Calixte, gérante du service de santé mentale et de la dépendance au Service de santé publique de Sudbury et du district, une stratégie de lutte contre le suicide, surtout chez les jeunes, doit tenir compte de la diversité de la population nord-ontarienne.

Une femme posant une affiche.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Shana Calixte, gérante du service de santé mentale et de la dépendance au Service de santé publique de Sudbury et du district.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Nous l’entendons souvent de nos partenaires. Nous devons avoir un leadership sensible à la diversité, des gens qui pensent à la manière dont la race, la classe sociale, la pauvreté, l’identité sexuelle et le genre peuvent avoir un impact sur la santé, surtout lorsque nous parlons des jeunes. Ils veulent être entendus, affirme-t-elle.

Une femme en train d'écrire sur un grand carton avec des crayons feutres.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le résumé des discussions tenues lors d'un sommet sur la prévention du suicide a été illustré sur une série d'affiches.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Les conclusions de la journée de réflexion seront compilées et diffusées bientôt.

Santé mentale

Santé