•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La famille d'un détenu mort d'une réaction allergique veut être dédommagée

Établissement de détention de Rimouski

Établissement de détention de Rimouski

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La famille d'un détenu mort à l'hôpital de Rimouski en 2016 à la suite d'une réaction allergique met en demeure le ministère de la Sécurité publique. Les membres de la famille estiment que le centre de détention de Rimouski et le ministère de la Sécurité publique ont commis des erreurs et demandent 283 000 $ pour des préjudices moraux.

Selon le rapport du coroner, vers 16 h le 6 décembre 2016, Anthony Gagné a mangé un dessert contenant des arachides. Vingt minutes plus tard, un agent correctionnel lui a remis une dose d'adrénaline qu'il s'est injectée lui-même.

Le rapport précise que Anthony Gagné était conscient de la présence d'arachides dans le dessert, mais que rien chez lui ne démontrait des tendances suicidaires. Le même rapport note que les agents correctionnels n'étaient pas informés de l'allergie sévère du détenu.

Les symboles de la justice : le marteau et la balance

Les symboles de la justice : le marteau et la balance

Photo : iStock / Cristian Baitg

La famille de la victime invoque la négligence du ministère de la Sécurité publique et du centre de détention, qui ont servi des arachides au détenu et omis d'appeler le 9-1-1.

La mère d'Anthony Gagné serait restée en état de choc dans les jours qui ont suivi la mort de son fils.

Elle aurait développé un trouble obsessionnel compulsif, tandis que la sœur et le père auraient commencé à souffrir d'anxiété.

Une mise en demeure a été déposée mercredi au ministère par l'avocate de la famille, Annie Boivin Breton.

En réponse à notre demande d'entrevue, le ministère de la Sécurité publique a dit qu'il ne commentera pas le dossier considérant que celui-ci est susceptible de se retrouver devant les tribunaux.

D'après les informations d'Olivier Roy Martin

Bas-Saint-Laurent

Justice et faits divers