•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un « marteau-piqueur » pour soigner le cœur créé au Québec

Un fil-guide relié à un générateur d'ondes de choc, créé au Québec, et qui fonctionne à l'image d'un marteau-piqueur, permet de traverser un blocage artériel, tout en laissant intacte la paroi des vaisseaux sains.

L’instrument a été testé pour la première fois au Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Il pourrait révolutionner la technique de l’angioplastie et faciliter la revascularisation des artères du cœur.

En outre, le SoundBite Active Wire pourrait permettre aux médecins de surmonter les défis techniques que représente l'angioplastie, la rendant non seulement plus rapide et plus facile, mais aussi plus sécuritaire pour le patient.

Le Dr Rinfret devant le nouvel outil.Dr Stéphane Rinfret, directeur du Programme de cardiologie interventionnelle du CUSM et médecin spécialisé en angioplasties complexes. Photo : CUSM

Selon le CUSM, le nouveau dispositif réduit aussi le risque de complications et le recours à une chirurgie à cœur ouvert (pontage coronarien).

Pas moins de 300 000 personnes en Amérique du Nord pourraient bénéficier de cette nouvelle technologie. Au Québec seulement, pas moins de 15 000 angioplasties sont pratiquées chaque année.

Qu'est-ce que l'angioplastie?

C'est une technique chirurgicale qui permet de traiter un vaisseau sanguin bloqué, le plus souvent une artère. Elle utilise de petits ballonnets gonflables introduits à travers la peau, sans incision, et qui permettent de dilater l'artère à l'endroit du blocage.

Et le blocage fut

Lorsque du calcium s’accumule et bloque les artères du cœur, les cardiologues doivent rapidement intervenir pour éviter d’endommager l’organe.

Or, le niveau de calcification d’une artère coronaire a une influence directe sur le taux de succès d’une chirurgie. Plus il est important, plus l’intervention est longue et le risque de complications est élevé.

La procédure traditionnelle, l’angioplastie de l’occlusion chronique totale (OCT), permet de désobstruer les artères complètement bloquées. Elle ne nécessite pas de chirurgie.

L’OCT consiste à dégager l’artère complètement bloquée pour y insérer un cathéter au bout duquel est fixé un ballonnet qui élargit l’artère. Cette procédure augmente sensiblement la qualité de vie des patients, car elle réduit l’essoufflement et la douleur à la poitrine. Seulement 36 % des occlusions totales chroniques d'une artère coronaire sont revascularisées (26 % par pontage et 10 % par angioplastie).

De plus, de 10 à 50 % (selon le degré d’expertise du chirurgien) des OCT se soldent par un échec. La raison la plus fréquente demeure l’incapacité de pénétrer le blocage; les fils ordinaires ne réussissent pas à briser le mur de calcium.

Mais la nouvelle technologie est capable de contrecarrer ce problème.

Ce fil pourra faire la différence entre le succès et l’échec d’une angioplastie de l'OCT, car il sera capable de percer rapidement à des endroits où les autres guides échouent. Il ouvrira le chemin, permettant de donner suite au traitement dans l’artère malade, d'après le Dr Stéphane Rinfret, directeur du Programme de cardiologie interventionnelle du CUSM et médecin spécialisé en angioplasties complexes.

Une autre version du fil-guide avait été utilisée pour la première fois en décembre 2016 dans une intervention réalisée par des collègues au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) pour débloquer les artères des jambes.

Le Dr Rinfret, qui est aussi professeur agrégé de médecine à l’Université McGill, affirme que le nouveau fil-guide pourrait rapidement devenir un outil indispensable en cardiologie interventionnelle, car il est à la portée des cardiologues interventionnels moins expérimentés.

Seulement 5 % des angioplasties réalisées au Canada sont pratiquées sur une OCT, parce que beaucoup de médecins ne sont pas outillés pour utiliser les techniques les plus avancées et complexes. Or, cette technologie pourrait contribuer à les rendre plus efficaces et plus performants.

Dr Stéphane Rinfret

Le SoundBite Active Wire sera testé dans le cadre d’une étude de deux ans qui recrutera 150 patients au Canada et aux États-Unis.

Médecine

Science