•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault confirme que Guy Ouellette a révélé des informations à la CAQ

François Legault en compagnie de ses candidats de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
Le chef de la CAQ n'a pas voulu dévoiler ses sources. Photo: Radio-Canada / Cimon Leblanc

François Legault a fini par reconnaître que c'est un député libéral qui a fourni à la Coalition avenir Québec (CAQ), en 2016, de l'information sur une nomination controversée au sein du gouvernement Couillard. Il n'a cependant pas nommé Guy Ouellette, candidat dans Chomedey, en qui le chef libéral assure avoir toujours confiance.

« Je continue à trouver ça troublant qu’un député libéral sorte des informations aux deux partis d’opposition [...] contre le Parti libéral, contre Pietro Perrino », a-t-il affirmé mercredi soir, lors d’un point de presse à Rimouski.

Selon le Journal de Montréal, des députés de la CAQ ont reçu à la fin de 2016 des courriels provenant de deux adresses associées à Guy Ouellette, qui était alors le député libéral de Chomedey. Ces messages faisaient état de liens entre un haut fonctionnaire au ministère du Conseil exécutif et le controversé homme d’affaires Luigi Coretti.

Interrogé par le quotidien, M. Ouellette a dit ne pas se souvenir d’avoir transmis ces informations. Il a plutôt suggéré que l’Unité permanente anticorruption (UPAC), qui a saisi des documents lui appartenant, pourrait être à l'origine de ces envois.

En point de presse, à Tadoussac, mercredi matin, François Legault avait refusé à plusieurs reprises de dévoiler ses sources et soutenu que M. Couillard devrait s’excuser d’avoir nommé Pietro Perrino à ce poste important, étant donnés ses antécédents.

« Je veux garder nos sources confidentielles, a déclaré François Legault. Si vous avez des questions à poser, il faut les poser à M. Couillard, à Guy Ouellette. »

Pour sa part, le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, a réitéré sa confiance dans son candidat.

M. Ouellette fait partie de mon équipe. Et s’il fait partie de mon équipe, c’est parce que je lui fais confiance.

Philippe Couillard, chef du Parti libéral du Québec

« Ceux qui vont parler de ça et prendre une décision, ce sont les citoyens dans [...] cinq jours », a-t-il ajouté.

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a quant à lui estimé qu’avant de se prononcer, il faudrait connaître la version de M. Ouellette.

« Mais si c’est vrai, M. Couillard doit se poser la question : est-ce que M. Ouellette doit représenter le Parti libéral dans Chomedey? » s’est-il demandé. « Si c'est vrai, c’est un manque de loyauté qui est inacceptable à l’intérieur d’un caucus. »

Politique provinciale

Politique