•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lisée admet que son attaque contre Manon Massé n'a pas fait l'unanimité au PQ

Le chef du PQ Jean-François Lisée.

Jean-François Lisée dit qu'il consulte autour de lui, mais qu'à la fin, c'est lui qui prend les décisions.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Gauvin Blanchet

Radio-Canada

Le chef péquiste Jean-François Lisée admet à demi-mot que son attaque frontale contre la co-porte-parole de Québec solidaire (QS) Manon Massé au deuxième débat des chefs n'a pas fait l'unanimité au sein de son parti. Il nie cependant tout malaise parmi ses troupes.

Un texte de François Messier

Bombardé de questions par les journalistes lors de son passage à Rouyn, M. Lisée s’est dit « un peu surpris » par des informations selon lesquelles son attaque sur la gouvernance de QS n’a pas fait l’unanimité au sein de l’exécutif du Parti québécois (PQ), lors d’une discussion tenue mardi.

« J’étais présent. C’était une réunion qui était très positive où on a discuté des gains qu’on a faits sur Québec solidaire, qui avait une partie gratuite jusqu’à maintenant et qui ne l’a plus », a-t-il affirmé, avant de qualifier son attaque de « phase indispensable » de sa campagne électorale.

Cette phase-là, elle a eu lieu, elle devait avoir lieu. Maintenant, on appelle au rassemblement : en tout respect pour les électeurs de QS, de la CAQ. Si vous ne voulez pas avoir les libéraux au pouvoir, le cœur et la raison du camp du changement, c’est le Parti québécois.

Jean-François Lisée, chef du Parti québécois

« On discute de tout ça dans les exécutifs du Parti québécois et avec les candidats. On a une discussion ouverte », a ensuite dit le chef péquiste, avant d’ajouter : « Ça n’existe pas l’unanimité au Parti québécois […] jamais, jamais, et c’est une bonne chose, parce qu’on est sain ».

« Le consensus, c’était que c’était la chose à faire. On l’a bien fait », a assuré Jean-François Lisée.

Relancé par un journaliste qui lui demandait si les instances du PQ sont parvenues à ce consensus avant ou après le débat, il a répondu : « Il y avait un consensus. Les gens s’expriment, je m’exprime, il y a un consensus ».

M. Lisée a refusé de répondre à des questions avançant que l’exécutif du PQ et ses plus proches conseillers ignoraient tout de cette sortie contre Mme Massé, alléguant que les journalistes ne pouvaient pas « présumer » de cela ou qu’il n’acceptait pas la « prémisse » de la question.

« C'est moi qui prends les décisions »

Le chef péquiste a également nié tout malaise au sein des troupes péquistes, y compris chez la vice-cheffe, Véronique Hivon.

« Nous avons des contacts quotidiens Mme Hivon et moi. On discute de la stratégie, de ce qu’on veut faire, etc. Ces conversations seront rendues publiques dans 30 ans », a-t-il blagué lorsqu’il a été interrogé à ce sujet une première fois.

« Vous laissez planer un doute », a relancé un journaliste. « Je n’ai pas l’intention de révéler la totalité des conversations qui ont lieu sur des rencontres stratégiques. Ce serait vraiment contre-productif. Le consensus est très clair, y compris avec Mme Hivon », a répondu M. Lisée.

« Si elle était d’accord avec vous, vous l’auriez dit », a observé une journaliste. Après avoir répété qu’il lui parlait tous les jours, M. Lisée a alors évité une fois de plus de répondre directement à la question.

Elle est vice-cheffe, je suis chef. Donc, c’est moi qui prends les décisions. Je me fais fort de l’écouter souvent et de suivre ses conseils souvent, mais pas tout le temps.

Jean-François Lisée, chef du Parti québécois

Commentant la même histoire en anglais, M. Lisée a par la suite assuré que Mme Hivon et lui sont « sur la même longueur d'onde ».

Des échanges de « nature privée », dit Hivon

Dans une conférence de presse subséquente en début d'après-midi, Mme Hivon a refusé de dire si elle avait été surprise par l'attaque de son chef contre Mme Massé jeudi dernier, si elle était à l'aise avec cette approche ou si elle l'appuyait, en évoquant la nature privée de leurs échanges.

« La rencontre d’hier n’était pas liée à cet élément-là. C’était une rencontre avec l’exécutif national, comme on a périodiquement, comme on a eu bien sûr en début de campagne. Là, Jean-François avait envie, a convoqué cette rencontre pour discuter de la stratégie de fin de campagne tout simplement », a-t-elle dit dans un premier temps.

« Pour ce qui est du reste, évidemment, Jean-François et moi, nous avons des échanges dans ce duo que nous formons de chef et vice-cheffe, à travers la campagne. Ce sont des échanges de différente nature, surtout sur les idées, parfois aussi bien sûr la stratégie aussi, qui sont de nature privée », a-t-elle ajouté.

« De manière générale, dans une campagne électorale, je pense que c’est normal de proposer – vous me connaissez, j’ai un style de politique très positive, donc oui, je veux beaucoup qu’on propose », a encore dit Véronique Hivon. « Mais je pense que c’est vrai aussi qu’il faut comparer. Donc, on a comparé avec les libéraux, on a comparé avec la CAQ, il faut comparer aussi avec QS, il faut aller au fond des choses. »

Politique