•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeune homme abattu par la GRC : l’absence d’accusations consterne la famille

Une photo de Brydon est accrochée au-dessus du lit de son père.
Brydon Bryce Whitstone est mort à l'âge de 22 ans. Photo: Albert Whitstone
Radio-Canada

La mère de Brydon Whitstone, un jeune homme de la Première Nation crie d'Onion Lake abattu par un agent de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) en octobre 2017, est déçue qu'il n'y ait pas eu d'accusations portées contre ce dernier.

Le ministère de la Justice de la Saskatchewan a annoncé, mardi, que l'agent ne serait pas accusé, au terme d’une enquête menée par le Service de police de Regina sur les circonstances entourant la mort de l’homme de 22 ans.

« Nous faisons confiance aux conclusions de l’enquête », a déclaré un porte-parole du ministère de la Justice, Drew Wilby.

Ces résultats d'enquête ne satisfont toutefois pas la mère du jeune Autochtone, Dorothy Laboucane.

Je ne suis pas contente. Ce n'est pas un meurtre justifié.

Dorothy Laboucane, mère de Brydon Whitstone

Brydon Whitstone a été mortellement blessé par un agent de la GRC lors d’une poursuite policière dans les rues de North Battleford, au nord-ouest de Saskatoon, le 21 octobre 2017.

Le Bureau du coroner en chef de la Saskatchewan tiendra une enquête publique cet hiver afin d'étudier les circonstances entourant la mort du jeune homme.

La GRC dit avoir également effectué une enquête interne pour déterminer si ses agents ont suivi le protocole approprié cette nuit-là. Les résultats de cet examen ne seront publiés qu'après l'enquête publique.

En attente de réponses

Dorothy Laboucane dit avoir parlé aux agents du Service de police de Regina avant l'annonce du ministère de la Justice. Elle leur a demandé si son fils était armé pendant la confrontation, mais la divulgation de ces informations devra attendre l'enquête publique, lui a-t-on répondu.

Elle espère que l’officier qui a tiré sur son fils va témoigner lors de cette enquête.

Je veux entendre ce qu'il a à dire et je veux qu'il nous voie. Il a de la chance, lui, puisqu'il est vivant.

Dorothy Laboucane, mère de Brydon Whitstone

Le soir de l’incident, Amanda Wahobin se trouvait dans la voiture conduite par Brydon Whitstone. Dans une entrevue accordée à CBC, la jeune femme a indiqué que ce dernier n’était pas armé à ce moment-là, mais qu’il a défié les policiers en refusant d'obéir à leur ordre de sortir du véhicule.

La GRC a révélé peu de détails jusqu’à présent sur les raisons qui auraient poussé l’agent à se servir de son arme. L’agence fédérale s’est contentée de dire que ce geste avait été fait « en réponse aux gestes de Whitstone ».

L’enquête publique, d’une durée d’une semaine, doit commencer au début du mois de décembre.

Saskatchewan

Justice et faits divers