•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens se mobilisent contre le développement immobilier du boisé des Estacades

Une plage le long de la rivière Saint-Maurice, accessible par le boisé des Estacades
Le boisé des Estacades longe la rivière Saint-Maurice et donne accès à quelques plages. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'opposition à un projet de développement immobilier dans l'actuel boisé des Estacades, dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine à Trois-Rivières, va se transporter à la prochaine séance du conseil municipal le mardi 2 octobre prochain.

Le terrain privé de près de 300 000 mètres carrés situé le long de la rivière Saint-Maurice a récemment été mis en vente. L’accès y est actuellement libre et gratuit.

Une pétition qui a amassé depuis lundi plus de 7000 signatures en ligne sera remise aux élus mardi prochain.

L’initiateur de la pétition en ligne, Charles Fontaine, convient que n’importe qui peut signer la pétition, pas seulement les résidents du secteur. Mais au-delà de la pétition, il y a quelque chose qui se trame, un désir des citoyens de conserver le terrain, ajoute le résident de Trois-Rivières.

C’est la première fois que je m’engage pour une cause. Je reçois de l’appui, les gens m’appellent parce qu’ils veulent s’impliquer.

Charles Fontaine, initiateur d'une pétition pour la protection du boisé des Estacades

Par le passé, notamment en 2004 et en 2011, d'autres projets de développement ont déjà été annoncés pour le boisé des Estacades. Aucun n'a été mis en chantier jusqu'à ce jour.

Le maire s'emporte, les conseillers demeurent prudents

Sur les ondes du 106,9 FM, le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, s'est emporté en parlant de la contestation du développement du boisé des Estacades.

Le maire de Trois-Rivères, Yves LévesqueLe maire de Trois-Rivères, Yves LévesqueYves Lévesque Photo : Radio-Canada

Les gens ont squatté un terrain privé pendant des années, et là, sous prétexte de dire: maintenant c'est chez nous, c'est notre terrain... À un moment donné, il y a un juste milieu de tout ça. Je pense qu'il faut continuer à développer la ville. On est rendu à 135 000 citoyens. Si on veut arrêter à 135 000, on va arrêter! On va tout garder ça vert!

Yves Lévesque, sur les ondes du 106,9 FM

Sur la page de l’événement Facebook Sauvons le boisé des Estacades!, trois conseillers municipaux de Trois-Rivières ont déjà manifesté leur intérêt à discuter des inquiétudes des citoyens.

Le conseiller du district des Estacades, Pierre-Luc Fortin, est du nombre. « On doit recevoir ça pour utiliser les outils que l'on a, à la Ville, pour être capable de rendre le projet plus acceptable, ou encore, à la limite, envisager peut-être d'acquérir le terrain. »

Luc Tremblay, conseiller municipal du district de Châteaudun, veut lui aussi prendre connaissance des options possibles. On veut avoir plus de réponses à nos questions, mais […] c’est inquiétant, a admis le conseiller. Je trouve qu’on perd un beau boisé.

Le conseiller François Bélisle, élu dans le district de Pointe-du-Lac, concède que la Ville de Trois-Rivières peut envisager d'acquérir le terrain, mais ça coûte de l'argent, puis de l'argent, ce sont forcément des taxes foncières, soumet le conseiller. Si on veut éviter ça, il va falloir couper ailleurs. Est-ce que les gens sont prêts à ça?

Mauricie et Centre du Québec

Environnement