•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le manque de soutien en santé mentale dans les services d'aide à l'enfance dénoncé dans un rapport du coroner

Un jeune adulte recroquevillé sur lui-même, seul devant un grand mur grisâtre.
Le rapport du coroner dénote entre autres une mauvaise gestion des dossiers des enfants placés sous la garde du système d'aide à l'enfance ainsi qu'un manque de communication entre les organismes responsables. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un récent rapport du coroner en chef de l'Ontario, Dirk Huyer, dénonce le manque d'accès aux soins de santé mentale auquel se sont heurtés 12 jeunes, dont huit Autochtones, morts alors qu'ils étaient sous la charge du système d'aide à l'enfance. Leurs décès sont survenus entre le 1er janvier 2014 et le 31 juillet 2017.

Dans le document publié mardi, les experts rassemblés par M. Huyer ont identifié plusieurs problèmes, dont un manque de communication entres les organismes d'aide à l’enfance et une mauvaise gestion des dossiers.

La majorité des [jeunes] ont reçu des services fragmentés [...] et dans certains cas, pas de services du tout.

Rapport du coroner

Le rapport mentionne également que certains des jeunes étaient à risque d’être victimes de trafic humain.

Huit des 12 jeunes sont morts de suicide. Au cours de la vie de ces jeunes, une évaluation et une intervention à certains moments précis auraient pu permettre d’empêcher que leur santé mentale ne se détériore, peut-on lire dans le rapport.

L'âge de la plupart des jeunes était compris entre 11 et 18 ans. Le rapport ne fait pas état de l'âge précis qu'avait l'un des jeunes à sa mort.

Des défis additionnels pour les jeunes Autochtones

Parmi les 12 jeunes, huit étaient d’origine autochtone et provenaient de communautés du nord de l'Ontario, parfois isolées. Plusieurs d’entre eux avaient été placés dans des communautés urbaines situées à plusieurs centaines de kilomètres de chez eux.

Le rapport indique que ces derniers ont été confrontés à de nombreux obstacles tels que le racisme et le choc culturel découlant notamment du manque de contact avec les aînés autochtones.

Le panel a trouvé que les services fournis à ces huit jeunes Autochtones ne correspondaient pas à leurs besoins.

Rapport du coroner

Les jeunes Autochtones vivant dans des réserves ont aussi fait face, entre autres, à des défis tels que l’insalubrité, le manque d’eau potable et le manque d’accès à une éducation de qualité.

Les recommandations du rapport :

  • Améliorer les infrastructures de base et les services sociaux dans les communautés autochtones
  • Fournir des services intégrés à chaque enfant ontarien, dont la santé, la santé mentale, l’éducation
  • Accroître la qualité et la disponibilité des placements pour les jeunes étant sous la charge du système d'aide à l’enfance
  • Adopter une approche holistique dans la livraison de services aux jeunes à risque jusqu’à l’âge de 21 ans
  • Fournir une meilleure documentation sur les placements d’enfants et les sociétés d’aide

Dans un communiqué, le grand chef de la Nation Nishnawbe Aski, Alvin Fiddler, a proposé la création d’un comité par les gouvernements provincial et fédéral qui aurait la responsabilité de mettre en oeuvre les recommandations du rapport.

La ministre des Services à l'enfance et des Services sociaux et communautaires, Lisa MacLeod, a également accusé réception du rapport.

Nous sommes déterminés à donner suite aux recommandations du comité d'experts afin d'apporter les changements complets et systématiques aux services de soins en établissement de l'Ontario et aux secteurs plus vastes des services à l'enfance et à la jeunesse, écrit-elle dans un communiqué.

Nord de l'Ontario

Enfance