•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Embaucher un travailleur francophone étranger : avantageux pour l'employeur

Des employeurs sont assis dans une petite salle et écoutent attentivement les explications données par la représentante d'un organisme au sujet des programmes pour l'embauche de travailleurs étrangers.

Des employeurs de Vancouver assistent à une séance d'information sur les programmes qui facilitent l'embauche de travailleurs francophones étrangers.

Photo : Radio-Canada / Jacqueline Landry

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) et les Réseaux en immigration francophone tiennent des séances d'informations dans neuf villes de l'Ouest canadien.

Un texte de Jacqueline Landry

Le but est d'encourager les entreprises à recruter des travailleurs qualifiés d'expression française à l'étranger, grâce aux programmes qui facilitent les démarches administratives et diminuent les coûts.

En Colombie-Britannique, la première session a eu lieu lundi à Victoria. Une autre séance d'information avait lieu mardi à Vancouver. Les organismes se déplaceront au cours des prochains jours à Vernon et à Whitehorse, au Yukon.

Un programme en demande

Le programme 'Mobilité francophone', créé en 2016, est un programme qui permet aux travailleurs étrangers d'expression française de s'établir au Canada et d'obtenir un emploi.

En deux ans, le programme est devenu très populaire et les organismes francophones de l'Ouest canadien y ont recours de plus en plus souvent.

La coordinatrice du Réseau immigration francophone sourit à la caméra, devant un joli bosquet de plantes tropicales. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Emmanuelle Archer, coordinatrice du Réseau immigration francophone de la C.-B. dit que le programme 'Mobilité francophone', qui permet de faire venir des travailleurs francophones étrangers, a le vent dans les voiles.

Photo : Radio-Canada / Jacqueline Landry

Les travailleurs francophones ne viennent pas que de la France et de la Belgique. Ils viennent du Maroc, de la Tunisie, de l'Afrique de l'Ouest et de l'Afrique centrale. Il faut s'ouvrir à ces pays qui ont une main-d'oeuvre qualifiée, en particulier dans l'industrie touristique.

Une citation de : Emmanuelle Archer, coordinatrice, Réseau immigration francophone de la C.-B.

Une pénurie importante

La pénurie de travailleurs en Colombie-Britannique touche principalement les secteurs de la construction, du tourisme, de la restauration, des technologies et de l'éducation.

Eric Bélanger, consultant pour l'embauche de travailleurs, sourit à la caméra, devant un édifice, à Vancouver. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Éric Bélanger, un consultant qui assiste à la session d'information sur l'embauche de travailleurs étrangers, explique que la pénurie de main-d'oeuvre à Vancouver touche surtout les secteurs de la restauration, du tourisme et de la technologie.

Photo : Radio-Canada / Jacqueline Landry

Il y a moins de jeunes qui entrent sur le marché du travail et plus de personnes qui partent à la retraite. Et les jeunes sont moins intéressés par la restauration et l'hôtellerie, en raison des horaires, ce qui explique la pénurie.

Une citation de : Éric Bélanger, consultant

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !