•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec solidaire promet 1000 mégawatts éoliens de plus d'ici 2030

Des éoliennes de la Seigneurie de Beaupré.
Des éoliennes de la Seigneurie de Beaupré Photo: Radio-Canada/Jean-François Nadeau

Québec solidaire entend augmenter considérablement la production d'énergie éolienne d'ici 2030. Selon le parti, l'électrification des transports entraînera une hausse de la demande au Québec.

Un texte de Michel-Félix Tremblay

Québec solidaire est le seul parti qui répond favorablement à l'Alliance des MRC de l'Est-du-Québec, qui a demandé aux principaux partis de s'engager en faveur d'une nouvelle commande d'énergie éolienne de 300 mégawatts (MW).

Elle veut assurer la viabilité de cette industrie jusqu'au remplacement des infrastructures des parcs existants, qui débutera en 2022.

Québec solidaire estime que le vaste plan pour sortir la province de « l'économie du carbone » rend nécessaire la création de nouveaux parcs éoliens d'ici 2030.

On met tout en place pour favoriser l'utilisation des véhicules électriques où on augmente la quantité de bornes de rechange.

Carol-Ann Kack, candidate Québec solidaire, Rimouski

Ce vaste plan de soutien à la filière éolienne permettrait de créer 3000 emplois, surtout dans les régions de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent, prétend le parti.

Nationalisation de l'éolien

L'électricité produite par les éoliennes est transférée au réseau d'Hydro-Québec par cette centrale électrique.L'électricité produite par les éoliennes est transférée au réseau d'Hydro-Québec par cette centrale électrique. Photo : Radio-Canada/Jean-François Nadeau

Le modèle d'affaires développé récemment, soit un partenariat entre des entreprises privées et des MRC, serait abandonné. Québec solidaire donnerait le mandat à Hydro-Québec Production de développer et d'exploiter les nouveaux parcs éoliens.

On veut que les populations locales retirent un maximum des revenus même si on parle de nationalisation et que ce ne serait pas les MRC qui seraient propriétaires.

Carol-Ann Kack, candidate Québec solidaire, Rimouski

Les autres partis demeurent timides

Philippe Couillard est entouré de micros et de caméras lors d'une mêlée de presse. Philippe Couillard estime que François Legault a une vision limitée du développement énergétique de la province. Photo : Radio-Canada / Frédéric Deschênes

Jusqu'à maintenant, les trois autres principaux partis n'ont pas pris des engagements précis à propos de la filière éolienne.

Le chef libéral Philippe Couillard a tout de même ouvert la porte à de nouveaux projets destinés à l'exportation.

Le Parti québécois s'est engagé pour sa part à soutenir la filière, mais « il manque certaines informations » pour répondre plus précisément à la demande de l'Alliance de l'Est, a confirmé le candidat péquiste dans Matane-Matapédia, Pascal Bérubé.

Tours d'éoliennes dans la cour arrière de l'usine.Depuis 2018, la totalité de la production de l'usine matanaise est vendue à l'extérieur de la province. Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

La Coalition avenir Québec a déjà affiché sa nette préférence pour le développement de nouveaux barrages hydroélectriques. La candidate caquiste dans Bonaventure, Hélène Desaulniers, a tout de même tenté de rassurer les travailleurs de la région en précisant que sa formation politique reconnaît l'importance de cette filière énergétique.

Politique