•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario pourrait privatiser des sociétés d’État pour combler son déficit

Peter Bethlenfalvy, President of the Treasury Board, speaks to media at Queen's Park in Toronto on Tuesday, Sept. 25, 2018. THE CANADIAN PRESS/Christopher Katsarov
Peter Bethlenfalvy, le Président du Conseil du Trésor. Photo: The Canadian Press / Christopher Katsarov
Radio-Canada

Un nouveau rapport cite la vente de sociétés d'État parmi les options que le gouvernement pourrait choisir pour « moderniser l'Ontario » et ainsi, réduire les dépenses du gouvernement.

Un texte d’Eve Caron

Le rapport a été commandé par le gouvernement à la firme comptable Ernst & Young­ peu de temps après que les conservateurs ont pris le pouvoir à Queen’s Park.

L’Ontario détient actuellement des actifs qui pourraient être monétisés pour générer un paiement unique en espèces en vendant tout ou partie des sociétés d’État ou des biens immobiliers détenus, peut-on lire vers la fin du rapport de 48 pages.

Il note une augmentation des dépenses de 55 % au cours des 15 dernières années, soit la période au cours de laquelle le Parti libéral était au pouvoir en Ontario.

Le président du Conseil du Trésor, Peter Bethlenfalvy, a dévoilé le rapport mardi matin.

Ce sont de bonnes idées dans ce document, a-t-il déclaré, en ajoutant qu’elles feront l’objet dediscussions.

Le ministre ajoute qu’il voudrait voir les emplois et la prestation de services de la fonction publique modernisés. Il cite en exemple Services Ontario dont certains services sont offerts en ligne. On veut regarder cette idée et peut-être améliorer les services, réduire les coûts.

Si les mots du gouvernement conservateur à l'égard des libéraux ont été durs au cours des derniers jours, le ministre Bethlenfalvy a été plus conciliant que ses pairs.

Il a cité comme étant un bon exemple la vente du terrain du siège de la Régie des alcools de l’Ontario (LCBO) sur les rives du Lac Ontario à Toronto.

Le gouvernement libéral avait généré 260 M$ avec cette vente en 2016.

L'Ontario compte trois entreprises publiques : la Régie des alcools de l'Ontario, la Société des loteries et des jeux de l'Ontario et Ontario Power Generation, en plus d'Hydro One qui a été partiellement privatisé en 2015.

Le rapport ne cite toutefois pas d'entreprises, agences ou entité précises.

L’annonce du président du Conseil du Trésor s’inscrit dans une série de déclarations du gouvernement au cours des derniers jours qui dressent un portrait sombre des comptes de la province.

Le ministre des Finances, Vic Fedeli, a d’abord déterminé que le déficit budgétaire de l'Ontario pour l’année en cours est de 15 milliards de dollars, plutôt que les 6,7 milliards de dollars estimés par le gouvernement libéral dans son budget au printemps dernier.

Puis, dans un discours où il accusait les libéraux decamouflage, le premier ministre Doug Ford a annoncé la mise sur pied d’un comité spécial qui va se pencher sur la façon dont les libéraux ont géré les finances de la province.

Le gouvernement avait mis de côté 500 000 $ pour l’étude d’Ernst & Young. Le ministre Bethlenfalvy n’a pas voulu dévoiler le coût exact de l'exercice, en disant seulement qu’il se chiffrait en dessous de ce qui avait été prévu initialement.

Toronto

Politique provinciale