•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Versace, dernière icône de la mode italienne, passe sous pavillon étranger

Gianni Versace salue la foule lors d'un défilé de mode, en 1996.
Gianni Versace lors d'un défilé de mode en 1996 Photo: Reuters / Stringer .
Reuters

Le groupe américain Michael Kors a officialisé mardi le rachat de Versace dans le cadre d'un accord qui valorise la maison de luxe, dette comprise, 2,2 milliards de dollars américains, faisant de la marque italienne la dernière en date à tomber dans des mains étrangères.

Michael Kors, réputé pour ses sacs à main en cuir, cherche à étoffer son portefeuille de marques haut de gamme. Il a notamment racheté l'an dernier le chausseur de luxe anglais Jimmy Choo pour 1,2 milliard de dollars.

Versace faisait partie des marques familiales italiennes considérées comme des cibles attrayantes dans un secteur du luxe en plein essor, étant donné la forte demande en provenance de la Chine.

« Nous pensons que la force des marques Michael Kors et Jimmy Choo, ainsi que l'acquisition de Versace, nous permettra d'assurer une croissance du chiffre d'affaires et du bénéfice sur plusieurs années », a déclaré le PDG de Michael Kors Holdings, John Idol.

Dans le cadre de l'opération, dont Reuters avait fait état lundi, le groupe américain acquerra la totalité des actions Versace, et Michael Kors sera renommé Capri Holdings, ont précisé les deux sociétés dans un communiqué conjoint.

Le fonds américain d'investissement Blackstone, qui avait acheté 20 % de Versace en 2014, sortira complètement du capital à l'occasion de cette opération, financée en numéraire, en titres Michael Kors et par endettement.

Selon les calculs de Reuters, le fonds réalisera une plus-value de 182 millions de dollars américains.

Donatella Versace reste à la tête de la création

La famille Versace, qui détient 80 % du capital de la maison de luxe par l'intermédiaire d'une holding nommée Givi, recevra 175 millions de dollars américains du montant de l'acquisition en actions Capri.

« Nous pensons que faire partie de ce groupe est essentiel au succès à long terme de Versace. Ma passion n'a jamais été aussi forte », a déclaré Donatella Versace, directrice artistique et vice-présidente du groupe milanais fondé par son défunt frère Gianni.

À l'issue de l'opération, Jonathan Akeroyd conservera son poste de directeur général de Versace tandis que Donatella Versace continuera à « diriger la vision créative de la société », a dit John Idol.

La transaction, soumise aux approbations réglementaires, devrait être finalisée au quatrième trimestre de cette année.

L'accord avec Versace intervient dans un contexte où de nouveaux acteurs tels que l'américain Tapestry, propriétaire des marques Coach et Kate Spade, tentent de se tailler une place dans un secteur du luxe encore largement dominé par des groupes européens comme LVMH, propriétaire de Louis Vuitton, ou Kering, qui possède Gucci.

Michael Kors, rangé dans la catégorie du luxe dit « accessible », peut ainsi espérer améliorer son image de marque. En prenant le contrôle de Versace, il pourrait aussi soutenir le redressement de la griffe italienne qui a renoué avec un bénéfice net l'an dernier.

Développer le commerce en ligne

« La marque Versace dispose d'un fort potentiel de croissance à l'échelle mondiale, qui est inexploité dans toutes les régions, en particulier en Asie et en Amérique du Nord », écrivent dans une note les analystes de Cowen.

Ils estiment toutefois que donner une nouvelle impulsion à la maison de couture italienne ne sera peut-être pas aisé, car les groupes de luxe ont du mal à s'adapter rapidement aux goûts changeants d'une clientèle de plus en plus jeune.

Michael Kors a annoncé son intention de porter les ventes mondiales de Versace à 2 milliards de dollars, de renforcer son réseau de distribution pour atteindre 300 magasins, contre environ 200 actuellement, et de développer sa stratégie en matière de commerce en ligne.

Le groupe américain prévoit également de porter la part des accessoires et chaussures à marge élevée à 60 % du total du chiffre d'affaires, contre 35 % actuellement.

Versace ne publie pas ses données financières, mais les documents déposés auprès de la chambre de commerce italienne montrent que le groupe a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 777 millions de dollars américains et un bénéfice avant intérêts, impôts et dotations aux amortissements (BAIIDA) de 52 millions de dollars américains.

Versace est la dernière icône de mode italienne à passer sous pavillon étranger.

La griffe romaine Fendi, le joaillier Bulgari et le spécialiste du cachemire Loro Piana ont tous rejoint LVMH. Gucci, Bottega Veneta et Brioni appartiennent à Kering.

Le rachat de Versace laisse des entreprises comme Prada, Giorgio Armani, Dolce et Gabbana, Salvatore Ferragamo et Tod's dans une position plus difficile face à la puissance des conglomérats de luxe capables de s'adapter aux changements de tendances.

Europe

Économie