•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeunes familles, cible manquée des partis politiques?

La municipalité de Sainte-Brigitte-de-Laval comte de nombreux enfants. La moyenne d'âge y est d'ailleurs inférieure à 34 ans.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Frais dentaires gratuits, allocation bonifiée; encore une fois les familles québécoises sont courtisées. Pourtant, dans les villes composées des familles les plus jeunes de la province, tout cela semble plus ou moins loin des préoccupations d'une partie d'entre elles.

Un texte de Frédéric Arnould

Direction Sainte-Brigitte-de-Laval, où habitent 7500 personnes. La moyenne d'âge est un peu inférieure à 34 ans. C'est la deuxième des villes peuplées des plus jeunes familles du Québec, juste derrière Shannon, une autre ville de la région de Québec. Il suffit d'assister au ballet incessant de parents qui amènent leurs enfants à l'école de la ville pour sentir cette effervescence de la jeunesse.

Nichée entre rivière et montagnes, la petite municipalité a doublé sa population au cours des 10 dernières années. « Le paysage, vous regardez partout, c'est magnifique. On respire l'air pur, les gens font attention, il y a beaucoup de services aussi, de loisirs, de plein air », décrit Véronique Loubier, qui ne tarit pas d'éloges sur la ville qu'elle habite depuis maintenant neuf ans.

Une photographie de Véronique Loubier.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Véronique Loubier, mère de famille et gestionnaire dans le domaine de la santé

Photo : Radio-Canada

Ayant quitté Montréal avec son conjoint, Patrice Francoeur, pour vivre une autre vie avec leurs deux enfants, Damien et Liana, en se rapprochant de la nature et accessoirement de Québec, sa ville natale, Mme Loubier ne regrette pas d'avoir déménagé. Sauf que chaque matin, lorsqu'elle se rend à son lieu de travail, la réalité la frappe en plein visage.

Pas de médecin à l'horizon

Véronique Loubier est directrice de la Coopérative de solidarité santé de la ville, un centre de soins où une infirmière accueille aussi bien les poupons que les personnes âgées, mais où les soins prodigués sont plutôt élémentaires.

Malheureusement, chaque jour, la clinique refuse des patients. Et pour cause, puisqu'à Sainte-Brigitte-de-Laval, il n'y a plus de médecin depuis…14 ans! Il y a pourtant trois salles disponibles toutes bien équipées pour accueillir un jeune docteur. « Effectivement, on travaille très fort depuis plus de trois ans pour avoir un médecin », constate-t-elle.

Pourtant, ce ne sont pas les jeunes docteurs qui sortent de l'université qui ne veulent pas y pratiquer. Les règlements en place compliquent la situation.

Les règles administratives, la façon dont on répartit les effectifs médicaux au Québec et la façon dont les territoires sont divisés désavantagent Sainte-Brigitte-de-Laval, déplore Véronique Loubier, puisque la ville fait partie de la région de la Capitale-Nationale.

Résultat : pour obtenir des soins autres que ceux offerts par les infirmières, les Lavalois doivent faire de 30 à 40 minutes de route pour trouver une clinique sans rendez-vous. Bref, Sainte-Brigitte-de-Laval, et ses 7500 résidents, est victime de sa popularité qui n'est pas, pour ainsi dire, reconnue par le gouvernement.

Une salle de consultations vide.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Il ne manque qu'un médecin dans la clinique de Sainte-Brigitte-de-Laval.

Photo : Radio-Canada

Des classes pleines à craquer

Des enfants en bas âge à Sainte-Brigitte-de-Laval, il y en a partout. Juste cette rentrée scolaire, il y a neuf classes de maternelle. Pour Carl Thomassin, le maire élu il y a un an, les infrastructures peinent à suivre l'afflux des nouvelles familles.

« Les écoles, ça déborde chez nous, confirme le maire. Bien qu'on ait eu une nouvelle école il y a environ trois ans, on est déjà à réfléchir à savoir ce qu'on va faire. » Avec des classes déjà bien remplies et un besoin criant d'installations de loisirs, Sainte-Brigitte-de-Laval ne peut se permettre d'attendre trop longtemps si elle ne veut pas voir une partie de sa population s'exiler.

Marie-Michèle Parent en sait quelque chose. Il y a quelques années, il y avait une liste d'attente de plus de 500 noms pour les garderies locales. Elle a alors ouvert un service privé de garderie pour améliorer l'offre.

Aujourd'hui, elle constate que la vitalité de sa ville est menacée. « Les gens aiment bien venir s'installer, mais ils quittent [...]. Est-ce qu'ils resteraient plus longtemps s'il y avait plus de services, par exemple comme un médecin en ville? Je pense que de poser la question, c'est y répondre », constate Marie-Michèle Parent.

Le reportage de Frédéric Arnould est diffusé ce soir au Téléjournal 22 h à ICI Radio-Canada Télé.

Des jeunes familles enclavées

Et comme un défi n'attend pas l'autre, Sainte-Brigitte-de-Laval ne dispose que d'une seule route pour sortir de la ville en direction de Québec. Sans deuxième option, les Lavalois sont enclavés entre rivière et montagnes.

Ce que déplore non seulement le maire, mais aussi Véronique Loubier. « S'il y avait une inondation, un feu ou tout simplement un accident qui paralyse la route principale, on est coincés à la maison, donc sans services médicaux; ça pose problème, explique-t-elle. On attend en moyenne 50 minutes une ambulance sur le territoire pour être desservis aussi. » Bref, on revient encore sur l'absence d'un médecin sur place.

« Plus on est capable de faire nos activités localement, ajoute Carl Thomassin, plus c'est gagnant pour la population. Je pense entre autres aux jeunes familles, le petit bébé qui a une otite; si on est capable de consulter ici à Sainte-Brigitte, on sauve beaucoup de temps; puis c'est plus facilitant pour notre monde. »

Une rue bordée de maisons devant une montagne.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La municipalité de Sainte-Brigitte-de-Laval au Québec

Photo : Radio-Canada

La seule solution, selon la communauté, serait de demander une étude de cas pour démontrer que le besoin d'un médecin est criant, ce qui n'a jamais été fait ici. À cause de toutes ces incertitudes, la clinique locale a déjà failli fermer ses portes. Mais pour l'instant, la coopérative parvient tout juste à maintenir la tête hors de l'eau.

Courtisés par tous les partis

Pendant toute la campagne, les quatre candidats de la circonscription de Montmorency sont venus rencontrer l'équipe de Véronique Loubier pour faire la liste des besoins de la communauté. Un médecin, une route, un agrandissement d'école : la liste d'épicerie commence à s'allonger dans cette ville qui représente pourtant le jeune Québec d'aujourd'hui.

Jusqu'ici, trois partis se sont engagés à donner suite à la demande de solution pour le médecin. Le constat des Loubier-Francoeur, qui écoutent et suivent la campagne électorale, est celui de beaucoup de jeunes familles devant l'avalanche de certaines mesures censées soulager leur fardeau financier dans cette campagne électorale.

On a toujours l'impression que ce sont les mêmes promesses qui sont offertes. [...] Est-ce qu'on fait des réels changements? Je me questionne beaucoup.

Véronique Loubier
Véronique Loubier discute avec un journaliste devant l'entrée.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La coopérative de santé et de solidarité de Sainte-Brigitte-de-Laval, où travaille Véronique Loubier.

Photo : Radio-Canada

En tout cas, pour sa clinique, son cheval de bataille, elle ira frapper à la porte de celui ou celle qui deviendra député le 1er octobre. « S'il faut crier plus fort, on va crier plus fort, assure-t-elle. On lâchera jamais le morceau. Je me dis qu'ils n'auront pas le choix de s'asseoir devant moi et discuter, parce que ça ne fait aucun sens, dans la tête de personne, qu'on n'ait même pas avancé d'un pas de tortue. »

Éternelle optimiste, elle reste cependant lucide, puisque rien n'a vraiment changé depuis les 14 dernières années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique