•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Higgs et Gallant se disputent le fauteuil de premier ministre du Nouveau-Brunswick

Pascal Poinlane fait le point.
Radio-Canada

« Notre mission était de former le gouvernement, et nous allons former le gouvernement », a déclaré le chef du Parti progressiste-conservateur Blaine Higgs, quelques heures après que son homologue du Part libéral, Brian Gallant, eut confirmé qu'il allait tenter de gouverner, même si son parti a obtenu un siège de moins que les progressistes-conservateurs lors des élections de lundi.

Son honneur la lieutenante-gouverneure a confirmé qu’en effet nous sommes encore le gouvernement, et je suis encore le premier ministre jusqu’à tant que je perde la confiance de l’Assemblée législative, a déclaré le libéral Brian Gallant devant la résidence de la lieutenante-gouverneure.

Les libéraux ont obtenu 21 sièges lors des élections, comparativement à 22 pour les progressistes-conservateurs. La Constitution leur donne le droit, selon plusieurs experts, de tenter de gouverner en s'entendant avec des tiers partis, un projet de loi à la fois.

Brian Gallant a donc l'intention de convoquer les députés à l'Assemblée législative d'ici la mi-décembre pour un discours du Trône qui sera soumis au vote des élus. S'il est défait, il y aura soit un autre « arrangement », a-t-il dit, ou de nouvelles élections générales.

Je veux encore rassurer les gens du Nouveau-Brunswick que, si je perds la confiance de l’Assemblée législative, ce ne sera plus notre parti qui sera en train de gouverner. Les prochaines étapes seront tous les différents scénarios qui peuvent se passer, a affirmé le chef libéral.

Blaine Higgs rencontrera la lieutenante-gouverneure

Blaine Higgs n'avait pas encore rencontré la lieutenante-gouverneure lorsqu'il a fait un point de presse avec des journalistes mardi après-midi. Il assure toutefois avoir appelé son bureau et avoir demandé si Brian Gallant avait vraiment reçu la permission de rassembler l'Assemblée législative. La réponse, assure-t-il, est négative.

Le plan est d’attendre jusqu’au 5 octobre pour le recomptage final. C’est le message que nous avons reçu ce matin de la part du bureau de la lieutenante-gouverneure.

Blaine Higgs, chef du Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick

Une rencontre sera organisée au cours des prochains jours entre Blaine Higgs et la lieutenante-gouverneure.

Une alliance avec les verts?

Au cours des prochains jours et des prochaines semaines, les libéraux pourront tenter de conclure une alliance avec l'un des tiers partis, en l'occurrence le Parti vert, qui a obtenu trois sièges à l'Assemblée. Ils ont exclu d'emblée toute entente avec l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, qui a également obtenu trois sièges, à cause des positions de ce parti sur le bilinguisme. L'Alliance propose de revenir sur certains acquis des francophones.

David Coon lève ses bras en l'air avec des militants. David Coon a été réélu lundi soir. Deux autres candidats verts ont aussi été élus. Photo : Radio-Canada / Catherine Allard

Les trois députés verts se sont d'ailleurs réunis mardi matin pour discuter d'alliances possibles, mais n'ont pas tendu de perche aux libéraux après leur rencontre. Les verts veulent prendre le temps de consulter des constitutionnalistes et d'étudier le cas de la Colombie-Britannique, où le gouvernement NPD de John Horgan gouverne avec l'appui des verts.

Pactiser avec des progressistes-conservateurs

Même s'ils obtenaient l'appui des verts, les libéraux n'obtiendraient pas la majorité absolue, mais ils pourraient tenter de convaincre des députés d'autres partis de se joindre à eux.

Déjà, un ancien député conservateur a fait savoir par courriel que les libéraux avaient approché, mardi matin, l'un des députés progressistes-conservateurs nouvellement élus, Greg Thompson, pour tenter de le convaincre de devenir président de l'Assemblée. Le président ne vote qu'en cas d'égalité, à l'Assemblée législative, ce qui aurait enlevé une voix aux conservateurs pour la plupart des votes. Le refus de Greg Thompson ne s'est pas fait attendre.

Blaine Higgs salue ses militants.Les partisans de Blaine Higgs l'ont chaleureusement félicité, lundi soir, après qu'il a revendiqué la victoire. Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Le seul député acadien au sein de la nouvelle députation des conservateurs, Robert Gauvin, a par ailleurs déclaré mardi matin qu'il se dissocierait de son équipe si elle devait tenter de faire des compromis sur la question des droits linguistiques des francophones pour obtenir l'appui de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick.

Le chef des progressistes-conservateurs assure ne pas être préoccupé par les manœuvres de Brian Gallant.

Brian Gallant prolonge l'inévitable. Il est désespéré et il s’achète du temps.

Blaine Higgs, chef du Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick

À son homologue progressiste-conservateur, Blaine Higgs, qui pourrait contester la légitimité de la voie choisie par les libéraux, Brian Gallant a affirmé qu'aucun gagnant clair n'était sorti des élections de lundi.

Je pense que c’est important de souligner à M. Higgs en effet qu’hier soir, il n’y a personne qui a gagné un mandat de former le gouvernement. Il y a 49 femmes et hommes qui ont reçu un mandat d’aller à Fredericton pour essayer de gouverner. [...] Ça va être les 49 femmes et hommes qui ont été élus hier soir qui vont décider qui a la confiance de l’Assemblée législative pour gouverner.

Brian Gallant, chef du Parti libéral du N.-B.

Quant à Blaine Higgs, il assure le contraire et se considère comme le premier ministre élu du Nouveau-Brunswick. Je pense que les résultats des élections sont clairs. [...] Un mandat nous a été donné, nous avons un siège de plus que les libéraux.

Politique