•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'élection au Nouveau-Brunswick prouve la nécessité de réformer le mode de scrutin, plaide Lisée

Le chef du PQ, Jean-François Lisée.
Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée Photo: Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Les résultats de l'élection tenue hier au Nouveau-Brunswick constituent « une publicité » en faveur de l'instauration d'un système de scrutin proportionnel mixte, comme le proposent conjointement le Parti québécois (PQ), la Coalition avenir Québec (CAQ) et Québec solidaire (QS), affirme le chef péquiste Jean-François Lisée.

Un texte de François Messier et Jérôme Labbé

Le Parti libéral du Nouveau-Brunswick du premier ministre sortant Brian Gallant a obtenu lundi soir 37,8 % des suffrages, comparativement à 31,9 % pour le Parti progressiste-conservateur. Ce dernier a pourtant obtenu 22 sièges, contre 21 pour les libéraux, 3 pour l'Alliance des gens et 3 pour le Parti vert. Le gouvernement sera donc forcément minoritaire.

« Ce que nous dit l’élection qui a eu lieu hier, c’est que ce serait tellement mieux avec un système où il y a une part de proportionnel, parce que les risques de se retrouver avec un gouvernement qui a plus de sièges, mais moins de votes, est de beaucoup amoindri dans un système proportionnel que dans le système qu’on a en ce moment », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Mont-Laurier.

Donc, ce qui s’est passé hier est une publicité pour notre programme d’une réforme du mode de scrutin et donc une publicité contre le refus de Philippe Couillard d’améliorer la démocratie québécoise.

Jean-François Lisée, chef du Parti québécois

La CAQ, le PQ, QS et le Parti vert se sont engagés en mai dernier à faire front commun pour abolir le mode actuel de scrutin uninominal à un tour en vigueur à l'heure actuelle au profit d'un nouveau mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire pour les élections de 2022.

Interrogé sur la possibilité que l'élection du 1er octobre au Québec produise un résultat similaire à celui constaté au Nouveau-Brunswick, M. Lisée a par ailleurs répété qu'il n'est pas question pour lui de former un gouvernement de coalition avec un autre parti, quel que soit le nombre de députés qu'obtiendra le Parti québécois.

Il n’y a pas de coalition possible. Ce qui est possible, c’est qu’un gouvernement minoritaire soit appuyé par d’autres partis.

Jean-François Lisée, chef du Parti québécois

S'il devait remporter le scrutin en étant minoritaire, M. Lisée entend diriger la province pendant quatre ans en négociant l'appui des autres partis à la pièce; s'il devait se retrouver dans l'opposition, il négocierait son appui aux différentes mesures proposées par le gouvernement en place de la même manière.

Québec solidaire défend la même approche. Sa co-porte-parole, Manon Massé, a déjà indiqué à plusieurs reprises que la réforme du mode de scrutin serait sa priorité à toute négociation avec un autre parti advenant l'élection d'un gouvernement minoritaire.

Elle partage d'ailleurs l'opinion de M. Lisée quant à ce qu'il faut retenir de l'élection au Nouveau-Brunswick. « Vivement une réforme du mode de scrutin », a-t-elle déclaré à ce sujet mardi.

Des distorsions normales dans le système actuel, répond Couillard

En conférence de presse à Sherbrooke, le chef libéral Philippe Couillard n’a pas voulu commenter le fait que les progressistes-conservateurs du Nouveau-Brunswick pourraient être appelés à former le prochain gouvernement à Fredericton sans avoir remporté le vote populaire.

Il a par ailleurs réitéré qu'il est contre l'implantation d'un système « proportionnel mixte », que le PQ, la CAQ et QC jugent plus représentatif des choix des électeurs. « Ce n’est pas dans ma plateforme électorale », s’est-il borné à répéter une demi-douzaine de fois.

Les distorsions entre le vote populaire et le nombre de sièges obtenus par chaque parti au Nouveau-Brunswick sont dans « la nature même » du système parlementaire de type britannique, a-t-il ajouté.

Faisant remarquer que la même situation s’est déjà présentée au Québec dans le passé – en 1998, notamment, lors de la réélection du Parti québécois – M. Couillard a insisté sur le fait que la réforme du mode de scrutin n’est pas, selon lui, une priorité pour les Québécois.

Personne ne me parle de ça dans la vraie vie. Personne. Les gens, ils veulent savoir comment faire pour avoir de meilleures écoles, de meilleurs soins de santé, plus d’argent dans [leurs] poches et une meilleure qualité de vie.

Philippe Couillard, chef du Parti libéral, au sujet d'un mode de scrutin proportionnel

Philippe Couillard s’est par ailleurs dit en désaccord avec le constitutionnaliste Benoît Pelletier, un ancien ministre libéral qui a déclaré lundi que les régions ne perdraient pas leur poids politique si le Québec devait adopter un mode de scrutin proportionnel mixte.

« Il exprime son opinion », s’est contenté de dire le chef libéral, soulignant que M. Pelletier était au final en désaccord avec la réforme promise par les trois autres principaux partis québécois.

En tant que premier ministre sortant, M. Couillard a tout de même fait savoir qu’il tentera prochainement de joindre son homologue néo-brunswickois Brian Gallant, qui souhaite demeurer au pouvoir, et ce, même s’il a remporté un siège de moins que son adversaire progressiste-conservateur, Blaine Higgs. « J’ai demandé à mon équipe de nous mettre en contact », a-t-il indiqué.

Lundi, le chef libéral avait avancé qu'une telle réforme nécessiterait l'unanimité des partis à l'Assemblée nationale ou l'approbation de la réforme par les électeurs dans le cadre d'un référendum.

Le chef caquiste François Legault a pour sa part refusé d'admettre que l'élection d'un gouvernement minoritaire est aussi possible au Québec, tel que le projettent de nombreux sondages. « Moi, je n’ai pas la même analyse que vous », a-t-il répondu à une journaliste qui lui a soumis cette prémisse.

« Je suis confiant qu’on va avoir un gouvernement majoritaire de la CAQ avec le système qu’on connaît actuellement », a-t-il affirmé.

Lundi, M. Legault a assuré qu'il respecterait l'entente conclue avec d'autres partis. « Si la CAQ est élue, on va déposer dans la première année une réforme du mode de scrutin avec l’appui de QS et du PQ pour avoir un mode de scrutin proportionnel mixte », a-t-il déclaré.

Politique provinciale

Politique