•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un organisme qui représente les Métis francophones du Manitoba se sent ignoré

Deux drapeaux métis avec un symbole de l'infini à l'horizontale, l'un des drapeaux est bleu et l'autre est rouge.

Les Métis francophones du Manitoba se sentent ignorés par le fédéral après le versement de 154 millions à la MMF.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La décision du gouvernement fédéral de verser 154 millions de dollars à la Fédération métisse du Manitoba (MMF) est loin de plaire à l'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba (UNMSJM) qui se retrouve « le bec dans l'eau », selon l'ancien président de l'organisation qui représente les Métis francophones du Manitoba.

« On aurait beaucoup aimé recevoir notre part », affirme Guy Savoie, qui déplore le manque de services en français à la MMF.

« Quand on appelle, il faut attendre 15 minutes avant qu’ils nous trouvent une personne qui peut nous répondre en franglais », explique-t-il.

Guy Savoie raconte qu’à l’époque de la fondation du Manitoba le gouvernement canadien avait négocié de manière égale avec les anglophones et les francophones. Mais, maintenant, « ce sont les anglophones qui reçoivent tout », dit-il.

« Le fédéral aurait pu diviser la chose également entre les deux groupes. On est déçu », ajoute-t-il.

Il tentera à nouveau de discuter avec Ottawa pour que l’organisation obtienne du financement.

Rencontre avec la MMF à la demande d’Ottawa

L’ancien président de l'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba dit que l’organisation francophone a rencontré la MMF au printemps 2017 à la demande du gouvernement fédéral, qui souhaitait que les deux groupes s’entendent pour un partage du financement.

Cependant, Guy Savoie affirme qu’aucune rencontre n’a eu lieu depuis. Il dit avoir tenté de parler aux responsables de la MMF, mais que personne n'a rappelé l'Union nationale métisse.

Même si le président de la MMF, David Chartrand, dit que la porte est toujours grande ouverte pour les gens de l’UNMSJM, Guy Savoie n'y croit pas.

« Il n’y a pas de dialogue en ce moment. Lorsqu’on téléphone, on ne peut jamais lui parler. Si la porte était si grande ouverte, on devrait au moins nous répondre », explique-t-il.

Négociations avec un seul organisme

Fondée en 1887, l’UNMSJM représente environ 500 Métis francophones du Manitoba, tandis que la MMF, fondée en 1967, représentait environ 22 000 Métis en 2017.

Cependant, selon Guy Savoie, il est temps que le fédéral arrête de négocier avec une seule organisation.

« Sur les 154 millions, il y aura certainement de l’argent pour les francophones, mais il s’agit maintenant de trancher la question », déclare-t-il.

« La MMF ne représente pas tous les Métis du Manitoba », explique Guy Savoie en faisant référence à un jugement de la Cour du Banc de la Reine, en 1888, qui avait statué que toute organisation représente uniquement ses membres.

La MMF estime à 120 000 le nombre de personnes de descendance métisse au Manitoba.

Manitoba

Société