•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq trésors pour souligner les 20 ans du Centre du Patrimoine

Le directeur du Centre du patrimoine tenant les plans de construction du centre.
Gilles Lesage se souvient de la construction du Centre du patrimoine, il y a 20 ans. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

C'est le 25 septembre 1998, à Winnipeg, que le Centre du patrimoine ouvrait ses portes pour la première fois. Depuis 20 ans, ce lieu se voue à la préservation de documents provenant de la présence française dans l'Ouest canadien.

« En choisir cinq, ce n’est pas facile », lance le directeur du Centre du patrimoine, Gilles Lesage, en désignant quand même cinq pierres d’assise de ce bâtiment rempli d'histoire.


Le Mur du patrimoine

Un mur blanc avec des colonnes et des arches foisonnantes de détails architecturaux. Le Mur du patrimoine Photo : Radio-Canada

La première chose que voit un visiteur du Centre du patrimoine est un mur de style victorien italianisant.

« C’est une construction en tôle, les morceaux ont été tirés de l’Hôtel Empire, qui était sur la rue Main », note M. Lesage.

L’édifice, baptisé bloc Cauchon à l’ouverture de ses portes, en 1883, est devenu un hôtel de luxe en 1905. Il a définitivement fermé ses portes dans les années 1970, et a été démoli en 1982.


La première photo de Saint-Boniface

Une cathédrale avec deux flèches jumelles.  Un détail de la première photo de Saint-Boniface Photo : Radio-Canada

Cette photo montre la cathédrale de Saint-Boniface et le couvent des Sœurs grises en 1858. « C’est la première fois qu’un appareil photo venait à la rivière Rouge », note M. Lesage.

L'image montre la troisième église sur l'emplacement de l’actuelle cathédrale de Saint-Boniface. Elle était un agrandissement de la seconde, réalisé en 1832 pour répondre aux besoins d’une population croissante.

Avec l'ajout de trois étages surplombé par deux flèches jumelles, cette version de la cathédrale peut être vue de loin et se démarque dans le paysage.

Le feu qui a emporté la cathédrale en 1860 a aussi détruit tous les documents historiques de la mission de la rivière Rouge qui y étaient conservés.


Le dictionnaire Belcourt

Deux mains tiennent un vieux livre dans une salle d'archives.Le deuxième volume du dictionnaire Belcourt Photo : Radio-Canada

« C’est un dictionnaire français-ojibwé, on y voit d’un côté la signification en français, selon une certaine nuance, avec l’équivalent en ojibwé, et selon d’autres nuances [...] d’autres expressions en ojibwé », explique M. Lesage.

Le document unique en son genre rédigé par l’abbé Georges-Antoine Belcourt est maintenant numérisé et disponible pour consultation en ligne dans la base de données du Centre du patrimoine (Nouvelle fenêtre).


Les adieux de Riel

La dernière lettre écrite par Louis RielLa dernière lettre écrite le 15 novembre 1885 par Louis Riel est conservée au Centre du patrimoine de Saint-Boniface. Il fait ses adieux à sa famille, la jour avant sa pendaison. Photo : Radio-Canada

La dernière lettre de Louis Riel, écrite le 15 novembre 1885, à la veille de sa pendaison, est conservée au Centre du patrimoine de Saint-Boniface. Elle est adressée à sa mère.

« Dans cette lettre, il écrit ses adieux à sa mère, à ses enfants, à son épouse, à sa parenté. Alors c’est une lettre très touchante », déclare M. Lesage.

« Un grand trésor parmi les 1000 pages de Louis Riel [conservées au Centre du patrimoine] », ajoute-t-il.


Les archives électroniques

Des noms de dossier sur un écran d'ordinateur.Des dossiers dans le serveur à données fiables du Centre du patrimoine Photo : Radio-Canada

La portion numérisée des archives du Centre du patrimoine est toujours à la hausse. Les documents électroniques les plus importants sont transférés à un serveur à données fiables pour permettre leur conservation à long terme.

Manitoba

Histoire