•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pallister se défend d’être idéologique à propos de la crise de la méthamphétamine

Un toxicomane manipule une seringue.

Le Bear Clan de Winnipeg affirme avoir trouvé dix fois plus de seringues abandonnées en 2018 qu'en 2017, soit près de 40 000 seringues.

Photo : Getty Images / Spencer Platt

Radio-Canada

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, nie que son gouvernement soit coincé dans un « débat idéologique » quant à la meilleure approche pour résoudre la crise des opioïdes et de la méthamphétamine.

La défenseure des enfants du Manitoba, Daphne Penrose, a déclaré la semaine dernière que de jeunes Manitobains meurent de surdoses et de suicides, alors que la province reste embourbée dans un « débat idéologique » quant aux traitements qui leur sont offerts.

« Alors que les autres provinces marquent des avancées quant à la crise des opioïdes [...] grâce à des approches qui prônent la décriminalisation pour répondre aux problèmes de dépendance, le Manitoba traîne les pieds », dit Mme Penrose.

« La seule idéologie qui concerne mes collègues et moi, c’est d’obtenir de meilleurs résultats pour les gens, c’est sur cela qu’on se concentre. Si c’est une idéologie, j’en suis fier », a dit lundi le premier ministre en réponse à des questions de journalistes.

« Je ne suis pas du genre à distribuer de l’argent sans raison », a-t-il poursuivi.

Il a ajouté que la question des surdoses liées à la drogue était une priorité pour de son gouvernement et que les Manitobains pouvaient s’attendre à des initiatives à ce sujet dans « un proche avenir ».

Avec des informations de Sean Kavanagh

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Drogues et stupéfiants