•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Julie Payette aurait eu une année difficile

Le reportage de Louis Blouin
Radio-Canada

Il y a un an, Justin Trudeau croyait avoir décroché la lune en nommant l'astronaute Julie Payette gouverneure générale du Canada. Mais selon des sources de Radio-Canada, Mme Payette s'adapterait mal à son nouveau rôle et sa première année aurait été marquée par des tensions avec le gouvernement Trudeau et avec son personnel.

Julie Payette aurait, selon des sources, une personnalité exigeante et des problèmes relationnels avec son entourage.

Depuis son arrivée le 2 octobre 2017, les directeurs des communications, des ressources humaines et de la Chancellerie des distinctions honorifiques ont d'ailleurs quitté leur emploi.

Il semble aussi que la gouverneure générale ait des difficultés à s'adapter à l'encadrement serré que lui impose la Gendarmerie royale du Canada (GRC) pour sa sécurité.

Des conflits d’horaires ont également été notés. La cérémonie de sanction royale du projet de loi sur le cannabis a par exemple dû être retardée en juin, car Julie Payette estimait n’en avoir été avisée qu’à la dernière minute. Or, il s'agit de l'une des tâches fondamentales de la fonction de gouverneur général.

Écoutez le reportage de Louis Blouin à l'émission L'heure du monde

Des organisations sans but lucratif laissées en plan

De plus, des organisations sans but lucratif qui ont l’habitude de collaborer avec la gouverneure générale estiment être laissées dans l'incertitude.

Bien qu’il se soit écoulé un an depuis l’arrivée de Julie Payette, Rideau Hall n’a toujours pas confirmé si elle continuera d’assurer certains rôles honorifiques que les gouverneurs généraux ont assurés par le passé.

La Société géographique royale du Canada attend notamment de savoir si Mme Payette assumera son rôle de présidente d'honneur comme l'ont fait tous ses prédécesseurs depuis 1929.

Quant à l'Ambulance Saint-Jean, elle ne sait toujours pas si Mme Payette continuera d’être marraine de l'organisation, comme la tradition le veut.

« Ça doit être très décevant » pour ces organismes, déplore la députée fédérale néo-démocrate de la circonscription de Laurier–Sainte-Marie, Hélène Laverdière. « J’ose espérer qu’on va avoir une solution rapide », ajoute-t-elle.

« Si ce qui est écrit, ce qui a été rapporté est vrai, c’est assez préoccupant », s’inquiète pour sa part le député conservateur de Richmond-Arthabaska, Alain Rayes.

« Elle a un rôle à jouer. [Et] je pense que c’est un rôle qui est important. »

Démenti du bureau de la gouverneure générale

Le bureau du secrétaire du gouverneur général dément ces allégations et soutient que la gouverneure générale a « d’excellents rapports » avec son équipe.

Dans un courriel envoyé à Radio-Canada, le bureau indique aussi que « la gouverneure générale a rempli toutes les responsabilités attendues du poste qu’elle occupe ».

En ce qui a trait aux critiques concernant les rôles honorifiques dans des organisations sans but lucratif, le bureau explique que « les relations de patronage se sont accumulées avec chaque gouverneur général au cours des années », et que « plusieurs de ces relations n’ont pas été revues depuis 50, 75 et même 100 ans ».

Il ajoute effectuer « une révision de ce programme » en vue « d’aligner les efforts de la gouverneure générale avec la société canadienne d’aujourd’hui ».

Les relations de Julie Payette avec le bureau du premier ministre sont par ailleurs qualifiées d’« excellentes » par le bureau du secrétaire de la gouverneure générale.

Le ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme, Pablo Rodriguez, a également rejeté les informations obtenues par Radio-Canada.

[Julie Payette] est une femme de conviction, d’action, et qui représente très bien le Canada chez nous et à l’étranger.

Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme

Et il est catégorique : « Non », il n’y a pas de problèmes dans le bureau de la gouverneure générale.

Avec les informations de Louis Blouin, correspondant parlementaire à Ottawa

Politique fédérale

Politique