•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tornades : la faute aux changements climatiques?

Des immeubles lourdement endommagés
Une tornade a causé d'important dommages à Gatineau le 21 septembre. Photo: Radio-Canada

Après avoir visité les lieux de la tornade qui a frappé Gatineau samedi dernier, les quatre chefs des partis qui s'affrontent aux élections québécoises ont associé l'événement à la crise climatique. Est-ce le cas? Les changements observés dans le climat de la planète ont-ils une influence sur la fréquence et la force des tornades?

Un texte d'Étienne Leblanc, journaliste spécialisé en environnement

Samedi dernier, au milieu des débris laissés par la tornade, les quatre chefs ont tous attribué le désastre aux changements climatiques.

« S'il y a encore des gens qui doutent de l'existence réelle et concrète des changements climatiques, bien voilà! », a lancé le chef libéral, Philippe Couillard.

« Un événement catastrophique comme celui-là nous rappelle concrètement qu'il y a un danger climatique dans lequel nous sommes rentrés », a ajouté le chef péquiste, Jean-François Lisée.

« Il faudrait peut-être dessiner un programme un peu plus permanent quand arrivent des événements comme ça, graves », a renchéri le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault.

« Les épisodes extrêmes du climat, on va en avoir de plus en plus », a conclu Manon Massé de Québec solidaire en constatant les dégâts.

Rare consensus politique autour d'un thème, le bouleversement du climat, qui n'aura pas vraiment déchaîné les passions au cours de cette campagne.

On a d'ailleurs su lundi que trois tornades avaient frappé la région d'Ottawa et de Gatineau le 21 septembre.

Alors, y a-t-il plus de tornades à cause des changements climatiques? Ces tornades sont-elles de plus en plus puissantes?

« On n'en sait pas grand-chose », répond candidement Dominique Paquin, spécialiste en simulation et analyse climatique chez Ouranos.

Données trop récentes : pas de tendance

La tornade en forme d'entonnoir gris touche le sol derrière un champ près d'Alonsa au Manitoba
Une tornade près d'Alonsa au Manitoba Photo : Fournie par David Mozdzen

Les tornades sont un phénomène complexe qui ne survient qu'à la dernière minute, qui ne dure pas longtemps et qui prend naissance dans des endroits souvent isolés. Les mesures sont donc difficiles à prendre.

Ainsi, les données de qualité concernant la force et la fréquence des tornades n'existent que depuis les années 80-90.

« Le problème, c'est qu'on remonte très peu dans le passé, dit Dominique Paquin. Aujourd'hui, c'est beaucoup plus facile d'avoir des statistiques fiables, mais ces statistiques-là ne sont pas assez longues pour nous permettre de dégager une tendance et notamment de faire un lien avec les changements climatiques. »

Avant le milieu des années 70, les instruments de mesure pour évaluer les tornades étaient très sommaires. Une bonne partie de l'observation était faite par des témoins qui se trouvaient tout près de l'événement.

« On n'avait pas les données satellitaires et surtout on n'avait pas les radars qui nous permettent de suivre exactement les intensités de précipitation dans l'espace de façon précise », dit Philippe Gachon, professeur d'hydroclimatologie à l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

Augmentation du nombre de tornades?

De nombreux débris autour d'une maison de Dunrobin.53 maisons du secteur de Dunrobin, à l'ouest d'Ottawa, ont été classées comme étant gravement endommagées après une tornade. Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Depuis plusieurs années, les experts du climat constatent une augmentation de la fréquence des événements météorologiques extrêmes. Parmi ceux-là, des orages violents qui provoquent des crues subites et des dommages causés par de fortes rafales.

Ainsi, les scientifiques observent un changement dans les conditions atmosphériques favorables à la formation de temps violent. Plus le réchauffement s'opère, plus l'atmosphère est chargée en humidité et plus les différences de température dans l'axe vertical sont grandes. Des ingrédients favorables à la formation de systèmes météorologiques intenses, dont des tornades.

Mais est-ce à dire qu'il y a plus de tornades à cause de ce réchauffement? Pas nécessairement.

« Ce n'est pas parce qu'il fait plus chaud qu'on va avoir plus de tornades, dit Dominique Paquin. Ça prend vraiment d'autres choses, comme le cisaillement du vent, qui va amener une rotation au niveau de la colonne d'air. Mais on pourrait avoir tous ces facteurs et pas de tornade du tout! Donc on est vraiment confrontés à notre ignorance au niveau du lien entre les changements climatiques et les tornades », dit Mme Paquin.

Intensité des tornades

Les changements climatiques ont-ils pour effets d'augmenter la puissance des tornades? Là encore, les scientifiques ne peuvent en venir à une telle conclusion.

« Les tornades sont difficilement mesurables, parce qu'elles peuvent se former dans les endroits où il n'y a personne, dit Philippe Gachon. Donc voir les changements d'intensité de vent associés à ces tornades est très difficile, parce qu'il n'y a pas beaucoup de systèmes, ils sont assez rares. Donc l'augmentation de l'intensité des vents, ce n’est pas clair en ce qui concerne les changements au cours des dernières décennies. »

De fait, jusque dans les années 90, de nombreuses tornades n'ont jamais été dûment enregistrées. Si elles se produisaient dans un endroit isolé où personne ne pouvait les observer, elles n'étaient pas comptabilisées.

Ainsi, l'impression selon laquelle les tornades sont plus intenses qu'avant tient surtout au fait qu'il y a tout simplement plus de monde sur leur chemin.

« L'occupation du territoire a changé au cours des dernières décennies, donc les tornades font plus de dommages, dit Dominique Paquin. Mais c'est simplement parce qu'il y a plus de gens et plus d'édifices. On n'est pas capables de dire s'il y a plus de tornades maintenant, on ne le sait pas », dit-elle.

Les tornades, trop petites pour les modèles climatiques

Des arbres sur des fils.De nombreux dommages près du poste de transformation de Merivale, en Ontario. Photo : Radio-Canada

Tout le monde a vu des images d'une tornade qui a dévasté un côté d'une rue, mais qui a laissé intactes les maisons d'en face.

La tornade est un petit système à l'échelle atmosphérique. Elle prend naissance en peu de temps, meurt tout aussi rapidement sur une distance relativement courte.

Les tornades sont tout le contraire des ouragans. Ces derniers sont souvent gigantesques et avancent pendant des jours dans l'océan avant de toucher terre.

Dans les modèles de simulations climatiques qu'ils développent, les chercheurs peuvent intégrer les ouragans sans trop de problèmes. Ils peuvent ainsi étudier leur comportement en fonction de différentes variables comme la température de l'eau, le taux d'humidité ou la vitesse des vents à l'extérieur du cyclone.

C'est une tout autre histoire pour les tornades.

« On n'arrive pas à reproduire les tornades dans nos modèles climatiques parce que leur échelle est très très petite, dit Dominique Paquin. On n'atteint pas cette résolution-là avec nos modèles, ce qui fait qu'on est incapables de les simuler numériquement. »

Cet obstacle n'est pas anodin. La simulation informatique du comportement des tornades pourrait nous en apprendre beaucoup sur leur comportement dans le contexte d'un climat changeant.

Il est donc tout à fait possible que les changements climatiques aient une influence sur les tornades. Mais pour l'instant, la vérité reste en partie cachée dans la tempête.

Conditions météorologiques

Environnement