•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais s'inquiète d'un possible « double horaire » pour les élèves de Mont-Bleu

Suzanne Tremblay répond aux questions d'un journaliste.

La présidente du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais, Suzanne Tremblay.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (SEO) se dit inquiet des mesures qui seront prises pour rétablir la situation à l'École secondaire Mont-Bleu, qui s'est retrouvée sur le chemin de la tornade, vendredi. Un incendie s'est également déclaré à l'intérieur du bâtiment qui accueille 1475 élèves.

La CSPO vit une situation de crise. Nous, tout ce qu’on leur demande, c’est d’être à l’écoute des préoccupations des enseignants et des enseignantes et de continuer de travailler avec nous pour s’assurer que la transition se passe bien entre les doubles horaires et les enseignants qui vont devoir changer leur milieu de travail, a fait valoir la présidente du SEO, Suzanne Tremblay.

Ce qui l'inquiète, c’est l’horaire qui pourrait s’étirer. Les enseignants ne veulent pas nécessairement enseigner en soirée puis ça s’explique par les garderies qui ferment à 18 h. On a des familles monoparentales qui ont l’obligation de s’occuper des jeunes enfants [...] donc évidemment, ils sont très inquiets en lien avec cette possibilité d’étirer les cours en soirée, a souligné Mme Tremblay.

Or, ce n’est pas une situation inconnue. Le double horaire s’est vu à l’École polyvalente Nicolas-Gatineau et à l’École secondaire du Versant par le passé. Dans ce dernier cas, la formule n’avait pas touché le début de soirée des enseignants, notamment parce que la durée des cours avait été réduite, a indiqué Mme Tremblay.

Elle a ajouté que des enseignants sont aussi préoccupés par la possibilité que des journées pédagogiques soient mises au rancart. Est-ce qu’on va perdre ces journées-là? Parce qu’on sait qu’elles sont essentielles, ces journées-là, pour les enseignants et enseignantes, pour planifier et s’organiser, a-t-elle fait valoir.

Je ne pense pas que ça va avoir d’impact majeur sur la réussite des élèves.

Suzanne Tremblay, présidente du Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais

[Les enseignants] vont s’organiser, il y aura sûrement de la récupération offerte pour les élèves en difficulté, signale la présidente du syndicat. Ce sont des professionnels. Ils vont organiser leurs cours, leur enseignement pour s’assurer que tout se passe bien au niveau des élèves.

Une rencontre de la cellule de crise du CSPO a eu lieu lundi pour se pencher sur la situation à l'École secondaire Mont-Bleu. Une deuxième réunion est prévue mardi. Les représentants de la CSPO espèrent pouvoir communiquer de l'information avec les parents d'ici la fin de la semaine.

Entente avec la STO

Par ailleurs, une entente existe déjà entre la Société de transport de l’Outaouais (STO) et la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO) pour le transport d’environ 1000 étudiants pour l’école secondaire Mont-Bleu, a affirmé, dans un courriel, la directrice adjointe du Service des communications de la STO, Sophie St-Pierre.

En plus de l’accès au réseau régulier, celui-ci est bonifié par huit lignes de transport intégrées les jours de classes, soit les 649, 731, 733, 735, 737, 749, 829, 834, a-t-elle indiqué.

Elle a précisé qu'en temps normal, ce service est ajouté entre 7 h 10 et 8 h et tous les voyages de retour quittent l’école à 14 h 55.

Nous sommes en attente de scénarios pour procéder à l’évaluation des besoins pour la suite des choses.

Sophie St-Pierre, directrice adjointe du Service des communications, STO

Par ailleurs, la STO rappelle qu'à la suite d'une demande de la Ville de Gatineau, la société de transport a remis 300 cartes à puce Multi à la Croix-Rouge afin de permettre aux sinistrés d’avoir un accès gratuit au transport en commun.

Avec les informations d'Antoine Trépanier

Ottawa-Gatineau

Éducation