•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Yukon fait volte-face dans le contrat de conception de l'école francophone

Richard Mostyn à gauche parle avec trois personnes dans un gymnase.

Le ministre de Voirie et Travaux publics, Richard Mostyn (à gauche) photographié en juin 2017 en discussion avec des membres du conseil d'administration de la Commission scolaire francophone du Yukon et un parent.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement du Yukon admet avoir fait erreur et annule un contrat de plus de 904 000 $ octroyé sans appel d'offres à une firme des Territoires du Nord-Ouest pour le projet de la nouvelle école secondaire francophone.

En entrevue, le ministre de la Voirie et des Travaux publics, Richard Mostyn, a affirmé : « Un contrat d'une telle envergure aurait dû passer par un processus d'appel d'offres plus compétitif. Ne pas procéder ainsi était une erreur. »

Le contrat visait la fin de conception et la supervision des travaux de construction de l'école après que le contrat original avec la firme d’architecture Kobayashi-Zedda eut été annulé. Le début de la construction de l'école est prévu pour le printemps prochain.

Le ministre a par ailleurs affirmé qu'une telle décision aurait dû passer d'abord par son bureau, mais que cela n'a pas été le cas.

Il affirme avoir ainsi mis fin, sans frais de pénalité, au contrat « octroyé de façon contraire aux objectifs et aux engagements de ce gouvernement » pour les projets d'infrastructure et d'approvisionnement.

La portion incomplète de ce contrat passera ainsi en appel d'offres sur invitation pour les firmes du Yukon seulement pour un montant avoisinant les 700 000 $.

L'octroi du contrat sans appel d'offres avait engendré une plainte formelle de l'Association des entrepreneurs du Yukon. Les fonctionnaires avaient de leur côté soutenu auprès de CBC/Radio-Canada qu'ils avaient suivi le processus à la lettre affirmant par ailleurs que cette décision permettait à tous les entrepreneurs yukonnais de soumissionner sur la construction.

Dessin architectural du contour de la nouvelle école.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La nouvelle école pourrait accueillir 200 élèves.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Pas de délai supplémentaire prévu

Le président de la Commission scolaire francophone du Yukon (CSFY), Jean-Sébastien Blais, affirme avoir reçu par écrit l'assurance de la ministre de l'Éducation, Tracy-Anne McPhee, que le début des travaux ou l'octroi du contrat de construction ne sera pas retardé par cette volte-face.

« Pour nous, c'est une nouvelle qui est intéressante, mais qui nous touche plus ou moins, dans la mesure où ce n'est pas directement relié à ceux qui vont devoir bâtir l'école et ça ne ralentit pas le travail des fonctionnaires et du personnel de la CSFY qui devront choisir ce consortium-là dans les prochaines semaines. »

— Une citation de  Jean-Sébastien Blais, président, CSFY

L'appel d'offres pour la construction de la nouvelle école devait se terminer le 25 septembre, mais a déjà été prolongé jusqu'au 2 octobre.

Le président du CSFY a toutefois bon espoir qu'un contrat sera finalisé avec la firme ou le consortium choisi pour les travaux avant le congé de Noël.

Avec les informations de Nancy Thomson et Claudiane Samson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !