•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des conditions propices à la vie dans le sous-sol de Mars

Radio-Canada

La planète Mars aurait déjà disposé d'assez d'énergie chimique pour soutenir les mêmes types de colonies microbiennes souterraines que celles qui existent sur Terre, affirme une équipe internationale de scientifiques.

Un texte d'Alain Labelle

Ces travaux, coordonnés par le chercheur Jesse Tarnas de l’Université Brown, montrent que la décomposition des molécules d'eau piégées dans d’anciennes formations rocheuses martiennes a probablement produit assez d'énergie chimique pour soutenir des microorganismes pendant des centaines de millions d'années sous la surface de la planète voisine de la Terre.

La planète Mars.Agrandir l’imageLa planète Mars est la quatrième à partir du Soleil. Photo : NASA / JPL

Nous avons montré, à l’aide de calculs de physique et de chimie, que l'ancienne subsurface martienne possédait probablement assez d'hydrogène dissous pour alimenter une biosphère souterraine globale.

Jesse Tarnas, Université Brown

Selon M. Tarnas, « les conditions dans cette zone habitable auraient été semblables à celles d'endroits sur Terre où la vie souterraine existe ».

Le saviez-vous?

En mars dernier, un vaste lac souterrain a été découvert sur Mars, là où jamais de l'eau liquide, condition indispensable au développement de la vie, n'avait encore été trouvée à ce jour. Situé à 1,5 km de profondeur sous la calotte glaciaire du pôle Sud, le lac fait environ 20 km de large.

Sur Mars comme sur Terre

La Terre abrite ce que l'on appelle des écosystèmes microbiens lithotrophes souterrains (EMLS).

Ces assemblages sont composés de bactéries et de champignons qui occupent les pores des grains minéraux de la roche ignée, cette matière minérale résultant du refroidissement et de la solidification du magma sous la surface terrestre.

En l’absence de l'énergie solaire, ces microbes souterrains obtiennent souvent leur énergie grâce à une réaction chimique qui retire des électrons à des molécules de l'environnement. L'hydrogène moléculaire dissous est l’un des grands pourvoyeurs d'électrons et est connu pour alimenter les EMLS.

Mars, la voisine : Notre fiche descriptive de la planète.

Les résultats de la présente recherche montrent que la radiolyse, un processus par lequel des radiations décomposent les molécules d'eau en hydrogène et en oxygène, aurait créé beaucoup d'hydrogène sous la surface de Mars.

Les auteurs expliquent que les concentrations d'hydrogène dans la croûte terrestre il y a environ 4 milliards d'années étaient similaires à celles qui soutiennent des microbes abondants sur Terre aujourd'hui.

Pour l’exploration future

Ces travaux ne signifient pas que la vie a déjà existé sur Mars, mais ils laissent à penser que si elle s’y est développée un jour, ses régions souterraines contenaient certainement les ingrédients clés pour la soutenir pendant des centaines de millions d'années.

L’identification de régions où ces anciennes zones souterraines sont exposées pourrait permettre d’établir de bons endroits pour chercher des preuves de la vie passée.

La géologue canadienne Barbara Sherwood Lollar, de l’Université de Toronto, a participé à ces travaux publiés dans Earth and Planetary Science Letters (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Mars est la quatrième planète à partir du Soleil. Seule Mercure est plus petite qu'elle. Elle se trouve à 228 millions de kilomètres du Soleil en moyenne.

Astronomie

Science