•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le procureur général adjoint Rod Rosenstein sur la sellette

Rod Rosenstein, procureur général adjoint américain

Rod Rosenstein, procureur général adjoint américain

Photo : Reuters / Joshua Roberts

Agence France Presse

Le numéro deux du département américain de la Justice pourrait quitter ses fonctions après la publication d'informations selon lesquelles il aurait suggéré en 2017 la mise à l'écart de Donald Trump pour inaptitude à la fonction présidentielle, selon plusieurs médias américains.

Reçu lundi à la Maison-Blanche, Rod Rosenstein occupe une position cruciale, car il supervise au département de la Justice l'enquête du procureur spécial Robert Mueller sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016.

Il avait fermement démenti vendredi avoir évoqué en 2017, lors d'une réunion interne, la possibilité d'écarter le président Donald Trump du pouvoir, en activant le 25e amendement de la Constitution américaine, comme l'affirmait le New York Times.

Le journal s'appuyait sur plusieurs sources, soit informées directement de ces discussions, soit qui ont consulté des notes prises par des agents du FBI.

Selon les médias américains, Rod Rosenstein, 53 ans, pourrait offrir sa démission ou être purement et simplement limogé. Mais la situation restait confuse sur son sort en milieu de journée.

Donald Trump se trouvant à l'ONU, à New York, il doit rencontrer le principal conseiller du président, John Kelly.

Si le départ de Rod Rosenstein est confirmé, l'enquête du procureur Mueller passera temporairement sous la direction de l'avocat du gouvernement fédéral devant la Cour suprême, Noel Francisco, numéro quatre du ministère de la Justice. Un juriste conservateur prorépublicain.

Ex-patron de Robert Mueller

Un homme aux cheveux gris et portant un veston et une cravate marche dans un corridor entouré de plusieurs agents de sécurité.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le procureur spécial Robert S. Mueller en juin 2017

Photo : Reuters / Joshua Roberts

C'est Rod Rosenstein qui avait nommé, en mai 2017, l'ex-chef respecté du FBI Robert Mueller pour diriger l'enquête ultra-sensible sur les soupçons de collusion entre l'équipe de campagne de Donald Trump et Moscou.

Seul habilité à le limoger, Rod Rosenstein servait depuis de pare-feu entre l'enquête et les foudres de Donald Trump, qui dénonce sans relâche une chasse aux sorcières.

La Maison-Blanche sera chargée de nommer son remplaçant. Si les nominations de ses hauts responsables sont politiques, le ministère de la Justice est toutefois considéré aux États-Unis comme le garant de l'indépendance des juges.

Donald Trump, président des États-Unis

L'avenir de Jeff Sessions incertain

Derrière Rod Rosenstein, c'est aussi l'avenir du ministre de la Justice, Jeff Sessions, qui apparaît désormais d'autant plus incertain.

Peu après l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche, en janvier 2017, Jeff Sessions avait décidé de se récuser, en mars, de toute enquête touchant à la Russie à cause de ses rencontres avec l'ambassadeur russe en pleine campagne présidentielle.

C'est ce qui avait placé Rod Rosenstein en première ligne de la supervision de l'enquête Mueller.

Jeff Sessions fait depuis sa récusation l'objet de moqueries et de critiques acerbes continues de Donald Trump, qui s'est encore dit « déçu » par son ministre en fin de semaine dernière.

Rod Rosenstein a catégoriquement nié vendredi estimer que Donald Trump n'était pas en mesure d'exercer ses fonctions et qu'il devrait donc être mis à l'écart de sa fonction présidentielle.

Il a d'autre part affirmé n'avoir jamais envisagé d'enregistrer le président à son insu, comme avançait le New York Times. Cet article est « inexact », a-t-il martelé.

Le ministère de la Justice a laissé entendre qu'une plaisanterie de M. Rosenstein avait en fait été mal comprise. Apparemment sans convaincre la Maison-Blanche.

Le fils du président, Donald Junior, ironisait sur Twitter vendredi, reprenant la théorie d'un complot ourdi de l'intérieur pour entraver le travail de Donald Trump: « Personne n'est choqué que ces gars fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour saper » la présidence Trump.

Les démocrates avaient immédiatement mis en garde contre toute attaque visant l'enquête de Robert Mueller.

Les révélations du New York Times ne doivent pas être prises « comme prétexte pour servir l'objectif vil de limoger » Rod Rosenstein « afin de nommer un responsable qui autorisera le président à s'immiscer dans l'enquête du procureur spécial », avait tonné leur chef au Sénat, Chuck Schumer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International