•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault propose des salaires plus élevés dans une usine, son directeur n'y voit pas la solution miracle

Sébastien Côté et François Legault
François Legault a visité lundi l'usine Uniboard Canada avec son directeur Sébastien Côté Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Alors qu'il entame une grande tournée des régions afin, dit-il, d'aller chercher un gouvernement majoritaire, François Legault a une nouvelle fois mis de l'avant « des jobs à 25 $, 30 $ » de l'heure pour contrer la pénurie de main-d'œuvre. Mais ce n'est pas suffisant, répond le patron de l'usine qu'il a visitée.

Un texte de Romain Schué et Yannick Donahue

Installée à Mont-Laurier, dans les Laurentides, l'usine Uniboard Canada peine à recruter. Alors que l'entreprise spécialisée dans le bois compte environ 90 employés, la direction a « des difficultés » à attirer des candidats.

Des électriciens, des mécaniciens de machinerie fixe et un directeur des ressources humaines sont notamment recherchés par Sébastien Côté, le directeur général de cette usine.

Pourtant, celui-ci propose déjà des salaires de 23 $ de l'heure, assure-t-il après le passage matinal de François Legault.

Ce dernier, dénonçant un taux de chômage de 11 % dans le secteur, y a vanté les mérites de cette firme, qui propose « des emplois comme on les aime », tout en incitant les entreprises à proposer des salaires à 25 $ ou 30 $ de l'heure. Des chiffres qu'il répète constamment depuis le début de la campagne électorale.

Mais est-ce suffisant? Sébastien Côté estime qu'une hausse des salaires ne permettrait pas nécessairement de recruter de meilleurs candidats. Surtout, cette pratique mettrait en péril « la rentabilité » de son entreprise.

« Présentement, on manque déjà beaucoup de matière première. Il faut aller la chercher à plus de 400 km de distance. Dès que le prix de l’essence monte, ça nous impacte au niveau des coûts », révèle-t-il.

« Plus d’immigration », demande le patron d'Uniboard

Attirer les jeunes diplômés dans cette partie du Québec s'avère également compliqué, ajoute-t-il. « Souvent, les gens natifs de la région veulent travailler à l’extérieur. Il est rare que des jeunes de Montréal veuillent venir ici », reprend-il.

Affirmant avoir besoin de « plus d’immigration », car cette région n’est pas actuellement « ciblée par les nouveaux arrivants », Sébastien Côté lance également un appel au prochain gouvernement.

« Il faut des crédits d'impôts, une forme d'aide pour les entreprises, pour nous aider à former les gens ici, dans les entreprises », réclame cet entrepreneur.

François LegaultFrançois Legault espère conquérir les régions. Photo : Radio-Canada / Romain Schué

Legault a raté le test, dit Couillard

Le chef du PLQ, Philippe Couillard, considère que François Legault a raté « le test de la pertinence » avec sa proposition sur les salaires plus élevés.

Clairement, il a à nouveau échoué le test de la compréhension et de la connaissance de l’économie du Québec.

Le chef du PLQ, Philippe Couillard

M. Couillard croit que le plan libéral est le plus crédible pour s’attaquer à la pénurie de main-d’œuvre. « C’est important de rappeler aux Québécois qu’il y a un choix à faire entre quelqu’un qui, dans notre cas, a créé 215 000 emplois, équilibré le budget, relancé l’économie du Québec vers la nouvelle économie, et quelqu’un qui, de toute évidence, ne maîtrise pas la réalité économique du Québec », a-t-il dit.

M. Couillard s’est défendu de ne pas avoir agi au cours de son mandat pour inciter les nouveaux arrivants à s’installer en régions. « On a continuellement agi pour amener les immigrants au Québec, les intégrer, les franciser. On va le faire encore mieux » a-t-il insisté.

Il a dit qu’il fallait continuer à travailler pour attirer plus d’immigrants en régions en les ciblant mieux avec les lettres d’intention et les profils régionaux.

« Les gens doivent écrire une lettre d’intention qui décrit leur projet au Québec; quel est leur profil, quel est leur désir d’établissement, et en particulier, s’ils désiraient s’installer en région, ils obtiennent des points supplémentaires. On va mettre en contact ces lettres d’intention et les profils qui sont dressés non seulement par les régions, mais par les sous-régions », a-t-il affirmé.

Le leader du PLQ a expliqué les mesures qu’il propose pour contrer la pénurie de main-d’œuvre.

« Avec la formation, avec la pleine participation au marché du travail, avec l’automatisation, l’immigration est incontournable. Ce qu’on veut faire, c’est éveiller l’intérêt des immigrants à choisir d’emblée la région comme site d’installation », a-t-il dit.

Au même moment que le chef libéral réagissait, Gaétan Barrette a aussi réagi sur Twitter en écrivant : « Le patron du plus gros employeur de Mont-Laurier remet à l'heure les pendules de François Legault? L'enjeu c'est pas les salaires, l'enjeu c'est l'immigration! Simple, mais trop compliqué pour #CAQ? »

Un « appel au vote des régions »

Plus tôt, François Legault a affirmé vouloir devenir « un premier ministre économique ». « Je veux m’assurer qu’on ne tolère pas ça, un taux chômage de 11 %. On ne peut pas laisser les municipalités seules », avait-il clamé, en promettant de « s'occuper des régions ».

« On a besoin d’un gouvernement des régions, a indiqué le chef de la CAQ. Le Parti libéral, au cours des dernières années, n’a pas été un gouvernement des régions ».

M. Couillard n’arrête pas de répéter qu’il a créé 200 000 emplois. Il oublie de dire que si on enlève Montréal puis Québec, il y en a seulement 15 000 qui ont été créés dans les régions.

François Legault, chef de la CAQ

François Legault a également lancé un « appel au vote des régions ».

« C’est sûr que la majorité pourrait venir des régions, c’est pour ça que je vais être en région au cours des prochains jours », a expliqué le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), de passage à Mont-Laurier, avant de se rendre en Abitibi.

La tournée de la CAQ se poursuivra ensuite à Chibougamau, dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean et sur la Côte-Nord. Alors que la majorité de ses 21 députés ont été élus en banlieue de Montréal, le parti veut envoyer « un message clair ».

Conserver les élections à date fixe

Devant les journalistes, François Legault s’est également engagé à ne pas déclencher, par lui-même, des élections anticipées. « Je ne ferai pas ce que Mme Marois a fait », a-t-il confié.

En mars 2014, jugeant que les partis d’opposition faisaient obstruction à la mise en œuvre de ses projets, la première ministre péquiste avait annoncé de nouvelles élections générales.

Assurant vouloir « absolument » respecter le principe d'élections à date fixe, il a cependant entrouvert la porte à un scrutin plus rapide. « Quand un gouvernement est défait, il est défait », a-t-il lancé.

Ça pourrait être le cas notamment en cas d’obstacle pour adopter le budget d’un éventuel gouvernement caquiste. Dimanche, François Legault avait fermé la porte à toute coalition avec un autre parti, tout en admettant que des ententes, « au cas par cas », pourraient être nécessaires.

« Je pense que dans tous les dossiers, c’est toujours plus simple, avec un gouvernement majoritaire, d’être capable de faire les transformations en éducation, en santé, en économie, de faire adopter une mise à jour économique rapidement, dès la rentrée parlementaire. Évidemment, moi, je souhaite un gouvernement majoritaire de la CAQ pour faire les changements qu’on veut faire », a-t-il précisé.

Il refuse d’attaquer QS

Contrairement aux chefs du Parti québécois et du Parti libéral du Québec qui ont décidé d’aller à l’offensive contre Québec solidaire, le chef de la CAQ refuse d’imiter ses adversaires.

« Mon seul adversaire, c’est le Parti libéral », a-t-il clamé, tout en reconnaissant « une grosse volonté de changement » au sein de l’électorat, qui pourrait être attiré par un vote solidaire.

« Je me concentre sur un parti », a-t-il ajouté, en précisant qu’il ne souhaite « pas faire d’analyse » concernant la montée dans les sondages de QS.

Politique provinciale

Politique